Grève du ramassage des poubelles à Marseille : les grévistes réquisitionnés pour assurer la collecte

La Préfecture de police des Bouches-du-Rhône a décidé de réquisitionner les personnels grévistes de l’entreprise Derichebourg, qui ont arrêté le ramassage des ordures depuis le 17 décembre dans trois arrondissements de Marseille, pour assurer la collecte des déchets.

Dans les 15e et 16e arrondissements de Marseille, les poubelles continuent de s'entasser en raison de la grève du ramassage des ordures.
Dans les 15e et 16e arrondissements de Marseille, les poubelles continuent de s'entasser en raison de la grève du ramassage des ordures. © GEORGES ROBERT / Maxppp

La Préfecture de police a annoncé ce lundi avoir réquisitionné des membres du personnel de l’entreprise Derichebourg pour assurer la collecte des déchets dans les 2e, 15e et 16e arrondissements de Marseille, où une grève du ramassage des ordures a débuté le 17 décembre.

900 tonnes de déchets non-collectés

Depuis cette date, 900 tonnes de déchets n’ont pas pu être collectés, estime la Préfecture de police. Les images de poubelles qui s’accumulent à ciel ouvert circulent de plus en plus sur les réseaux sociaux.

Ce lundi, le syndicat général FO des Territoriaux de la Ville de Marseille et de la Métropole a proposé une médiation "pour trouver une issue rapide". Il propose une concertation avec des élus locaux, la direction de Derichebourg et les représentants FO des salariés, arbitrée par la Métropole.

Un mouvement qui dure depuis le 17 décembre

Les éboueurs de Derichebourg, l'entreprise chargée du ramassage des poubelles pour la Métropole dans les 2e, 15e et 16e arrondissements de Marseille, sont en conflit avec leur direction. Ils réclament le départ d'un de leurs directeurs et d'un directeur adjoint. Ils les accusent notamment de harcèlement et de sanctions disproportionnées. 

"On s’excuse sincèrement d’être en grève en pleine période de crise sanitaire, explique Lionel Martini, chauffeur poids lourd aux encombrants, délégué syndical FO, mais sachez que pour nous aussi ça a été dur de passer le réveillon de Noël dehors. On est tous des pères de familles. Nous tenons à travailler, nous aimons notre travail. L’entreprise Derichebourg c’est pas le problème. Le problème c’est la gestion de la direction locale. On ne demande pas d’argent, on demande juste à reprendre le travail dans de bonnes conditions."

Mercredi 23 décembre, la Métropole a demandé la réquisition de la société Derichebourg. Elle a décidé de saisir les forces de police. 

Vendredi, pour ne pas "casser leur droit de grève" les éboueurs grévistes de la société Derichebourg ont bloqué trois camions-bennes réquisitionnés par la Métropole alors qu'ils effectuaient un ramassage dans le 2e arrondissement de Marseille.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
déchets ménagers environnement grève économie social