• L'actu en vidéos
  • SOCIÉTÉ
  • POLITIQUE
  • ECONOMIE
  • SPORT
  • FAITS DIVERS

Habitat insalubre à Marseille : la proposition de loi de Bruno Gilles examinée en mars au Sénat

Archives - Le sénateur LR des Bouches-du-Rhône, Bruno Gilles, candidat à la mairie de Marseille. / © BERTRAND LANGLOIS / AFP
Archives - Le sénateur LR des Bouches-du-Rhône, Bruno Gilles, candidat à la mairie de Marseille. / © BERTRAND LANGLOIS / AFP

La proposition de loi "visant à améliorer la lutte contre le logement insalubre ou dangereux" du sénateur LR des Bouches-du-Rhône, Bruno Gilles, sera examiné le 5 mars par le Sénat

Par GB / France 3 Provence-Alpes

Candidat déclaré à la mairie de Marseille en 2020, Bruno Gilles en avait appelé à l'Etat, en novembre dernier, pour mettre en place un "plan Marshall" sur le problème de l'habitat indigne.

"Le drame de la #ruedAubagne agit comme un révélateur", explique Bruno Gilles sur Twitter. "Que les huit victimes de la rue d’Aubagne ne soient pas mortes pour rien. Je m’y engage. Je suis déterminé, j’irai jusqu’au bout."
Cette proposition de loi, qui sera examinée en séance publique, décline trois axes d'action.

Elle recommande notamment la mise en place d'un "permis de louer" dans les quartiers où l'habitat est fortement dégradé ou d'aggraver les sanctions pour les propriétaires qui ne signalent pas leur location ou ne dispose pas d'un permis de louer.

Elle prévoit également de renforcer "les capacités de contrôle et d’intervention des collectivités territoriales" et d'autoriser "les associations à saisir la justice contre les marchands de sommeil".
Cette proposition de loi fait suite à l'effondrement de deux immeubles de la rue d'Aubagne, dans le quartier populaire de Noailles.

La catastrophe a fait huit morts et révélé l'ampleur du problème de l'habitat dégradé à Marseille, ouvrant l'une des crises les plus graves qu'a traversé la mairie de Marseille en 23 ans de mandat.

1300 personnes restent encore à reloger à Marseille sur les quelque 2.000 touchées par les évacuations d'immeubles insalubres ou dangereux à travers la ville après le drame de la rue d'Aubagne le 5 novembre.

 

A lire aussi

Sur le même sujet

L'absence de Tarantino au festival de Cannes 2019 (06)

Les + Lus