• L'actu en vidéos
  • SOCIÉTÉ
  • POLITIQUE
  • ECONOMIE
  • SPORT
  • FAITS DIVERS

Marseille : “La colère je peux la comprendre, les excès pas du tout”, Jean-Claude Gaudin

20/12/2018 - Le maire LR de Marseille Jean-Claude Gaudin invité jeudi soir du 19/20 de France 3 Provence-Alpes. / © G. BEZIE / France 3 Provence-Alpes
20/12/2018 - Le maire LR de Marseille Jean-Claude Gaudin invité jeudi soir du 19/20 de France 3 Provence-Alpes. / © G. BEZIE / France 3 Provence-Alpes

Jean-Claude Gaudin était l'invité jeudi soir de France 3 Provence-Alpes. A la sortie d'un conseil municipal houleux, le maire LR de Marseille a une nouvelle fois défendu sa gestion de la crise après l'effondrement de deux immeubles de la rue d'Aubagne qui a fait huit morts.

Par GB avec AFP / France 3 Provence-Alpes

Le maire LR de Marseille Jean-Claude Gaudin est resté inflexible jeudi pour son premier conseil municipal depuis l'effondrement de deux immeubles du centre-ville, défendant sa gestion de la crise sous la pression de son opposition et de manifestants réclamant sa démission.

"Lorsqu'il y a un drame de cette dimension, huit marseillais et marseillaises ensevelis, c'est un événement gravissime, ça me hante quotidiennement", a déclaré Jean-Claude Gaudin sur le plateau du 19/20 de France 3 Provence.

"J'y pense tous les jours. Mais la ville de Marseille a répondu immédiatement à cette catastrophe. (…) La mobilisation a été immédiate, marins-pompiers, Sdis, 500 fonctionnaires, qui se sont mis au service de tous ces gens."
 
Marseille : "La colère je peux la comprendre, les excès pas du tout", Jean-Claude Gaudin

"L'aide que nous avons apportée aux familles, le respect que l'on doit aux défunts, nous l'avons fait immédiatement", a encore martelé le premier magistrat, assurant avoir reçu "celles et ceux qui me l'ont demandé". Des affirmations encore contestées par les associations et les familles des victimes, jeudi sous les fenêtres de la mairie.  

"La colère, je peux la comprendre, les excès pas du tout", a-t-il encore ajouté.

Le 5 novembre, deux immeubles de la rue d'Aubagne, dans le quartier populaire de Noailles, s'étaient effondrés. La catastrophe a fait huit morts et révélé l'ampleur du problème de l'habitat dégradé à Marseille, ouvrant l'une des crises les plus graves qu'a traversé le maire en 23 ans de mandat.
 

Sur le même sujet

Européennes : gilet jaune

Les + Lus