Harcèlement scolaire : parce que cela nous concerne tous, ces témoignages recueillis sur notre page Facebook

Publié le Mis à jour le
Écrit par Annie Vergnenegre
Le harcèlement scolaire touche plus un élève sur dix dans les classes primaires. Illustration.
Le harcèlement scolaire touche plus un élève sur dix dans les classes primaires. Illustration. © ALEXANDRE MARCHI /L'EST REPUBLICAIN/ MAXPPP

Plus d'un élève sur 10 est victime de harcèlement scolaire en CE2, CM1 et CM2. Mais ce phénomène touche aussi bien les adolescents que les jeunes enfants. Vous avez été nombreux à partager vos témoignages.

Le constat dressé par les multiples enquêtes réalisées dans les établissements scolaires ces dernières années montre l'ampleur du phénomène.

Selon l'Observatoire de la Santé, en France, plus d’un élève sur dix scolarisé en CE2, CM1 et CM2 est victime de harcèlement scolaire. Trois victimes sur dix souffrent d'un harcèlement jugé "sévère".

Au secondaire, les chiffres sont tout aussi préoccupants puisqu'un collégien sur dix se dit harcelé par ses camarades, parmi lesquels 7% sous une forme grave. Au lycée, la tendance est moindre, mais le harcèlement ne disparaît pas pour autant. Près de 4% des lycéens restent impactés.

Nous vous avons sollicités pour vous donner la parole sur ce fléau du harcèlement scolaire dans notre région.

Vous avez été nombreux à nous adresser vos témoignages poignants de victimes ou de parents de victime. Nous avons sélectionné quelques-uns de vos messages. 

  • Sarah: "Ma fille est en 3ème au collège et se fait harceler par un groupe de jeunes qui la traitent de pute et de salope, elle en souffre énormément. Elle a déjà fait une TS (NDLR: tentative de suicide) et a développé une phobie scolaire".
  • Annie: "Mon fils a été victime de harcèlements verbaux, violences physiques, un simple rappel à la loi pour ses agresseurs et pour lui un traumatisme à vie et un impact pour toute la famille".
  • Nataicha: "Ma fille a subi deux ans de harcèlement en CM1 puis CM2. Elle était mal dans sa peau, dépression pour moi, surtout que les parents des agresseurs se faisaient passer pour des victimes et me harcelaient à la sortie de l'école, disant que les pauvres enfants étaient punis à cause de ma fille. Le directeur m'a avoué à la fin de sa scolarité de CM2 qu'il était désolé. Il ne savait pas gérer ce problème, car il n'était pas formé pour ces situations malheureusement. Il était peiné pour nous."
  • Léomalé: "Mon fils est en plein dedans avec procédure judiciaire. Cela est la seconde fois malgré un changement de collège, car il est danseur".
  • Sandrine: "Pour mon fils, (...) Dix ans de harcèlement, d'automutilation et encore dernièrement l'immolation volontaire par le feu et la justice n'a rien fait malgré les preuves et les harceleurs identifiés !".
  • Patricia: "Depuis toute petite, j'ai été harcelée scolairement et jusqu'à mes 21 ans. J'ai été et j'ai la preuve sur mon dossier petite enfance d'avoir été insultée d'enfant désagréable, hardie, hypocrite, et j'en passe. Ce dossier m'a suivi tout le long de ma scolarité de la maternelle à mon lycée."
  • Rose: "Je ne parlais pas à mes proches de l'école. Mais à une certaine époque je subissais du harcèlement moral. Les moqueries...cela fait partie du harcèlement."
  • Maéva: "Ma fille 8 ans harcelée par une gamine de dix ans, jusqu’à ce que ma fille s’enferme dans les toilettes pour pleurer. C’est comme ça que ca commence. Courage aux parents d’enfants victime de harcèlement scolaire."
  • Karine: 'Mon fils a été harcelé à l'école, au collège et au lycée, maintenant il est adulte, mais ça la traumatise, car une fois il a fini a l'hôpital".

En partenariat avec France 3 France Bleu et Make.org

Participez à la consultation citoyenne sur la présidentielle 2022

Faites-vous entendre ! France 3 Régions s'associe à la consultation Ma France 2022, initiée par France Bleu sur la plateforme Make.org. Le but ? Vous permettre de peser dans le débat démocratique en mettant vos idées les plus plébiscitées au centre de la campagne présidentielle.