Immeubles effondrés à Marseille : comment aider les riverains des immeubles évacués ?

Après l'effondrement des immeubles rue Tivoli, la Ville organise le relogement des riverains évacués et a mis en place un centre d'accueil et d'écoute. Des initiatives ont également été mises en place par les citoyens.

Trois immeubles se sont effondrés rue Tivoli, dans le 5e arrondissement de Marseille. Quatre corps sans vie ont été retrouvés. Quatre autres personnes sont encore recherchées. 

L'effondrement a "fragilisé" les 33 immeubles voisins de ce quartier, selon le maire de Marseille, Benoît Payan. Près de 200 personnes ont été relogées dans l'urgence. Les évacués ne savent, pour l'instant, pas quand ils pourront regagner leur domicile.

Plusieurs initiatives émanant de la Ville, mais aussi des citoyens, ont été mises en place pour venir en aide aux victimes, mais aussi aux proches des personnes disparues.

>> DIRECT. Effondrement d'un immeuble à Marseille : suivez toutes les infos et réactions

  • Un gymnase et deux écoles à disposition

La Ville de Marseille propose aux familles évacuées d'être accueillies dans un gymnase et deux écoles.

99 personnes ont été accueillies au gymnase Vallier, dans le 4e arrondissement, et 50 personnes ont été prises en charge et hébergées par la municipalité, a précisé dans un communiqué de presse la Ville.

Emmanuel Patris, président de l'association Un centre ville pour tous a affirmé que personne n'avait passé la nuit dans le gymnase et que tous les évacués avaient pu être relogés.

  • Centre d'accueil des familles

Un centre d'accueil des familles est ouvert au 110, boulevard de la Libération, dans le 4e arrondissement, depuis 7 h 30, ce lundi matin, pour les proches des personnes disparues, a indiqué le parquet de Marseille.

Un dispositif d’appui médico-psychologique est aussi mis en place par téléphone en composant le 15, puis le 412.

  • Relogement et dons de vêtements par une association des parents d'élèves

L'association des parents d'élèves de l'école publique Franklin-Roosevelt, rue de Tivoli, organise une solution de relogement pour les riverains évacués. Un appel aux dons a également été lancé. 

L'association invite les personnes, souhaitant aider, à envoyer un mail à tivoli.ape@gmail.com et de préciser "combien de personnes et dans quelles conditions" peuvent-ils accueillir ces sinistrés.

Elle a indiqué avoir reçu de très nombreuses offres de logements et de dons de vêtements qu'elle ne peut, pour l'instant, pas gérer car elle ne dispose pas de local. 

Un lieu de collecte est en train d'être organisé. Plus d'informations seront données dans l'après-midi.

  • Un café comme lieu d'échange

Le bar du Dernier métro, situé au 68, boulevard Eugène-Pierre, a installé un "coin" à disposition des riverains évacués, sur une initiative d'une habituée de ce lieu. Sur place, les victimes de l'incident peuvent échanger. Des solutions de relogement sont également proposées.

  • Une plateforme d'entraide

La plateforme d'entraide locale Aouf, née en réponse au drame du 5 novembre 2018 à Noailles, a été réactivée pour venir en aide aux sinistrés de la rue de Tivoli. Les internaute peuvent y proposer de l'aide en s'inscrivant sur beta.aouf.fr et proposer un logement, des habits, des repas, des dons, etc.

  • Un réseau entre voisins

Le président de l'association Un centre ville pour tous précise que tout un "réseau se met en place dans le quartier". "Des initiatives autogérées par les habitants sont mises en place pour les évacués. C'est surtout du bouche à oreille", nous informe Emmanuel Patris.

Les riverains pourront revenir dans leurs habitats "dans les jours qui viennent", selon Jean-Pierre Cochet, adjoint au maire de Marseille, en charge de la sécurité civile.

    L'actualité "Société" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
    Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
    choisir une région
    Provence-Alpes-Côte d'Azur
    France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité