Jeux olympiques 2024 : Marseille est candidate pour inaugurer le parcours de la flamme olympique en France

La ville de Marseille est candidate pour accueillir la flamme olympique en France, à son arrivée de Grèce, et inaugurer son parcours relais jusqu'à Paris pour les JO-2024.

"Nous sommes candidats à l'arrivée de la flamme sur Marseille", a expliqué Samia Ghali, membre de la majorité de gauche au conseil municipal. L'élue indique être "à l'ouvrage" pour que la flamme "arrive d'Olympie à Marseille", montrant ainsi que la cité phocéenne, fondée par des colons grecs vers le VIe siècle avant J.C, est "la porte d'entrée de la France".

Le site des JO de Paris précise qu'"à l'occasion des Jeux de Paris 2024, le relais de la flamme se déroulera sur trois mois", à partir d'avril, et "visitera toutes les régions de France".

De la voile et du foot à Marseille

Marseille accueillera les épreuves de voile. Du foot sera également joué au stade Vélodrome. 

L'accueil des Jeux sera "une date importante pour la ville de Marseille", a insisté Mme Ghali, qui a présenté au vote une convention cadre sur l'organisation et les aménagements nécessaires à cet accueil, notamment sur la marina, avec pour objectif de "faire en sorte que les Marseillais ne soient pas perturbés dans leur vie au quotidien".

Nous sommes prêts aujourd'hui. Nous n'avons pas pris de retard.

Samia Ghali, adjoint au maire de Marseille

"C'est une chance pour Marseille", a de son côté souligné le maire de la deuxième ville de France, Benoît Payan, remerciant le président de la Région Provence-Alpes-Côte-d'Azur Renaud Muselier et Martine Vassal à la tête de la métropole et du département pour leurs contributions afin que, notamment, "les coûts de la rénovation et de la construction de la marina" ne reposent pas entièrement sur les contribuables marseillais.

"Nous sommes prêts aujourd'hui. Nous n'avons pas pris de retard", a affirmé Mme Ghali, selon qui "il est important qu'on montre que nous sommes capables" (NDLR: les élus de différents bords politiques et de différentes institutions) de travailler collectivement à l'accueil des jeux.
Avec AFP