Le champion du monde Benjamin Mendy jugé non coupable pour six viols, pas de verdict pour le septième

Benjamin Mendy, le défenseur emblématique de l'équipe de France et champion du monde en Russie en 2018, qui a joué à l'AS Monaco et à l'Olympique de Marseille pendant plusieurs années, a été jugé non-coupable de six des sept accusations de viol contre lui. Il devra faire face à un deuxième procès.

Ce vendredi 13 janvier, l'ancien défenseur et latéral de l'équipe de France de football Benjamin Mendy a été jugé non-coupable pour six viols et une agression sexuelle. Le jury n’a cependant pas encore fourni de verdict pour un septième. A partir du 26 juin 2023, Benjamin Mendy devra donc faire face à un deuxième procès concernant cette accusation de viol d’une femme et de tentative de viol d’une autre.

Après 4 mois d'audience dans un tribunal de Chester, une ville de Grande-Bretagne située au sud de Liverpool, les jurés ont rendu un verdict contre l'ancien joueur qui était accusé de sept viols, d'une tentative de viol et d'une agression sexuelle. Benjamin Mendy risquait la prison à perpétuité.

Ce mercredi 11 janvier, après de nombreuses journées de délibérations infructueuses - le jury devant trouver un accord à l'unanimité -, le juge qui préside la cour, Chester Everett, a déclaré qu'il allait accepter une décision à la majorité des 11 jurés, alors que le délibéré en était à sa douzième journée.

Un procès hors norme

En août 2021, d'abord soupçonné par la police du Cheshire de quatre viols et d'une agression sexuelle, le joueur est suspendu par son club de Manchester City qu'il a intégré en juillet 2017, et placé en détention provisoire.

Le jury qui doit juger le footballeur français, finalement accusé de sept viols au Royaume-Uni, a repris lundi 12 décembre ses délibérations après une semaine de pause. D'abord attendu avant la fin de l'année 2022, il aura fallu attendre les premières journées de 2023 pour voir le terme de ces prolongations judiciaires.

Après quatre mois d'audience, le jury, composé de huit hommes et quatre femmes, s'était retiré pour délibérer le 5 décembre mais les discussions ont été interrompues à plusieurs reprises en raison de cas de Covid-19 puis pour les fêtes de fin d'année.

Le juge Steven Everett avait alors indiqué que les délibérations reprendraient à partir du 3 janvier. Âgé de 28 ans, le défenseur français, suspendu depuis plus d'un an par Manchester City, est jugé depuis début août. 

Ce qui lui est reproché

Les faits se seraient déroulés entre octobre 2018 et août 2021 à son domicile de Prestbury, dans le Cheshire. Il est jugé au côté d'un autre homme, Louis Saha Matturie (sans lien avec l'ancien footballeur Louis Saha), poursuivi quant à lui pour six viols et trois agressions sexuelles.

Tous deux ont plaidé non coupable. Lors de l'audience, l'accusation a présenté Benjamin Mendy comme un "prédateur" ayant abusé de victimes "vulnérables, terrifiées et isolées".

Le footballeur a lui démenti avoir été "un danger pour les femmes", assurant n'avoir eu que des rapports sexuels consentis. Certains détails de ces soirées passées au domicile du joueur ont indiqué ce que l'accusation a estimé être une stratégie d'isolement. En arrivant dans le manoir du joueur, les jeunes femmes se voyaient demander de laisser leur téléphone portable à l'entrée, pour éviter toute photo ou enregistrement, et la salle où se déroulaient ces soirées disposait d'un système d'ouverture caché, que les jeunes femmes ne pouvaient connaitre. La plupart des accusatrices de ce duo masculin ont expliqué à la barre avoir été ainsi piégées à l'intérieur du manoir.

Courant décembre, c'était au tour du procureur Timothy Kray de prendre la parole. Le footballeur, a-t-il décrit, attirait de jeunes femmes lors de ses fêtes dans des situations "toxiques et dangereuses".

Il a évoqué "le casting des jeunes femmes qui changeait sans cesse" avant de qualifier Benjamin Mendy de "violeur en série", de "prédateur" pendant cette période où il connaissait la gloire avec son club.

"La célébrité est une très bonne couverture pour cacher le côté obscur de sa vie"

Thimothy Kray, procureur

Grandeur et décadence

Formé au Havre, Benjamin Mendy défend les couleurs de l’un des plus anciens clubs français de football, pendant deux saisons en Ligue 2, avant de rejoindre l’élite. Très vite, les capacités athlétiques, de vitesse et de centre, l’amènent à l'Olympique de Marseille, où il signe à l’été 2013.

Il y joue 81 matches en trois saisons, puis gagne le Rocher où il intègre le club de l’AS Monaco pour la saison 2016/2017. Coupes, compétitions européennes et bientôt équipe de France…

Benjamin Mendy devient l’une des références à son poste sur la scène nationale en 144 matches réalisés parmi l’élite.

Après ces belles années sur les terrains de l’Hexagone, le latéral s’envole pour l’Angleterre, il est recruté par la plus grande écurie de Premier League, Manchester City, qui débourse 58 millions d’euros pour le recruter. À seulement 23 ans, et alors qu’il jouait en Ligue 2 uniquement 4 années auparavant, il devient le défenseur le plus cher de l’histoire du championnat anglais, de loin le plus huppé.

Champion du monde en 2018

Avec les Bleus, il sera sacré champion du monde en Russie, en 2018, malgré un temps de jeu famélique – environ 40 minutes – lors de la compétition.

Blessé, Mendy n’anime plus le jeu mais reste un élément moteur en coulisses. Même la FFF met à l’honneur le joueur, jovial et « ambianceur » avec le milieu de terrain Paul Pogba.

Le sens de la fête du joueur était connu par beaucoup, le sélectionneur des Bleus, Didier Deschamps, avait d'ailleurs taclé l'attitude du joueur lors d'une conférence de presse en octobre 2018.

Son hygiène de vie était alors dans le viseur de l'homme fort des Bleus. 

-Avec AFP

L'actualité "International" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
L'actualité "International" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
choisir une région
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité