Marseille : l'Âge d'or rend hommage à la diversité, en mêlant danseurs valides et enfants handicapés

Projet cinématographique et performatif, l'Âge d'or met en scène des chorégraphes et enfants en situation de handicap. Entre cinéma et nouvelles technologies, la performance sera présentée au Palais de Tokyo à Paris du 21 au 24 juin et au FRAC à Marseille le 4 juillet prochain.

Le projet s'intéresse à la réalité sensible des enfants, dotés de lunettes “virtuelles“ leur permettant de voir ce que voient les danseurs
Le projet s'intéresse à la réalité sensible des enfants, dotés de lunettes “virtuelles“ leur permettant de voir ce que voient les danseurs © Compagnie Shonen/Insolence Productions
L'Âge d'or se déploie, en un jeu de regards, à la recherche d'une danse au-delà des normes associant des enfants en situation de handicap moteur et des danseurs. Première étape d'un projet cinématographique, la performance invite à contempler la beauté brute des enfants et sera présentée le 4 juillet au FRAC de Marseille. 

Des ateliers source d'inspiration

Le chorégraphe a souhaité montrer une nouvelle relation entre des corps dits "virtuoses" et des corps dits "handicapés". Les ateliers menés depuis deux ans ont donné lieu à une danse de stimulation, sensorielle, dans laquelle se crée une nouvelle façon de regarder les corps hors de la norme. Le tout dans une démarche qui souhaite montrer la pratique pure de la danse.

L'oeuvre qui résulte de notre rencontre, son contenu, sa forme, est née d'une co-présence : je veux dire par là qu'elle n'était pas formulée a priori et que ces enfants ne sont pas venus l'illustrer. Très vite, ils nous ont aspiré dans leur monde, ils nous ont inspirés. Nous n'avons jamais tenté de leur apprendre tel ou tel mouvement de danse, mais nous avons tenté d'accueillir dans des chorégraphies communes la manière dont ils bougent, sentent, réagissent.

explique Eric Minh Cuong Castaing, qui témoigne d'une aventure commune, celle de la création.

La performance souhaite montrer une nouvelle perception de la relation entre chorégraphes et enfants handicapés
La performance souhaite montrer une nouvelle perception de la relation entre chorégraphes et enfants handicapés © Compagnie Shonen/Insolence Productions

Réalité virtuelle

Les enfants, le futur, les nouvelles technologies et le progrès numérique se mêlent dans la danse. Ici, la technologie est prolongement du corps et de ses perceptions. Le chorégraphe s'est intéressé aux esthétiques relationnelles, notamment la manière dont les nouvelles technologies changent la façon d'être en relation avec les autres corps. Si la performance valorise les corps, la part vidéaste n'en est pas moins importante : elle invite les spectateurs à s'interroger sur la place de l'image dans notre société. 

A un moment, nous avons proposé aux enfants des lunettes de type "oculus", que nous avons fabriquées nous-mêmes dans des petits boîtiers en carton : ces derniers leur permettaient de voir en temps réel ce que voient les danseurs [...] Dans le film, les petites boitiers en carton des enfants semblent renfermer le monde d'images qui surgit ensuite dans la fiction. Les nouvelles technologies n'ont plus alors qu'un rôle symbolique : parce qu'elles sont des artifices humains, elles signent le basculement de la réalité à la fiction.

Le chorégraphe interroge le corps sensible dans une société marquée par l’image et la réalité augmentée
Le chorégraphe interroge le corps sensible dans une société marquée par l’image et la réalité augmentée © Compagnie Shonen/Insolence Productions

L'Âge d'or, c'est une oeuvre hybride dont la forme vient s'ajouter au monde, en tant que réalité. Face à cela, à cette réalité qui est celle de l'oeuvre, chacun peut réagir à sa manière, en penser ce qu'il veut. Cela appartient au spectateur.

Voici le teaser du spectacle :
L’Âge d’or - Premières recherches - Eric Minh Cuong Castaing ©Vimeo
Les spectateurs sont invités à assister à une performance au-delà des normes, du 21 au 24 juin au Palais de Tokyo à Paris puis le 4 juillet prochain au FRAC, dans le cadre du Festival de Marseille. La compagnie exposera également à la Friche la Belle de Mai à Marseille, du 1er septembre au 14 octobre prochain.

Plus d'infos sur le site du Festival de Marseille
Infos pratiques
Représentations
Mercredi 4 juillet 16h
Mercredi 4 juillet 18h

Durée : 45min environ

Tarifs
5€

FRAC Marseille
20 Boulevard de Dunkerque, 13002 Marseille
Accès pour les personnes à mobilité réduite
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
danse culture art sorties et loisirs cinéma