Marseille : dans les couloirs de la prison des Baumettes, le Covid circule aussi

La sénatrice socialiste des Bouches-du-Rhône Marie-Arlette Carlotti a choisi jeudi de venir aux Baumettes, à Marseille, sa ville. Les parlementaires peuvent visiter à tout moment les prisons et se faire accompagner de journalistes. Ce jour-là, c’est la situation sanitaire, qui intéresse.

Dans les couloirs de la prison des Baumettes à Marseille, le Covid circule aussi.
Dans les couloirs de la prison des Baumettes à Marseille, le Covid circule aussi. © Jean-François GIORGETTI / FTV

Le directeur de l’établissement, Yves Feuillerat, accueille le petit groupe et présente le centre pénitentiaire.

Dans la prison des Baumettes, 910 détenus sont hébergés pour une capacité de 705 places soit un taux d’occupation moyen de 153%. Leur moyenne d’âge est de 34 ans. 600 fonctionnaires travaillent sur le site, dont plus de 400 affectés à la surveillance.

Pas de problème sur ces chiffres-là. C'est quand on aborde le nombre de détenus et personnels touchés par la Covid que les chiffres divergent.

Selon la direction en 2020, 39 agents de l’administration et 12 détenus ont été contaminés par la Covid-19. Depuis le début de l’année, le coronavirus a touché 20 agents et 14 détenus.

Selon une note interne que nous nous sommes procurée, depuis le début de l’épidémie, ce sont plutôt 84 personnels qui ont été positifs à la Covid-19. 64 sont guéris ; et 48 détenus ont été malades. 34 sont guéris.

D’après le directeur "la situation évolue sans cesse". Plusieurs foyers de contaminations ont été ainsi détectés notamment à la direction, au greffe et aux parloirs familles.

Dans les couloirs de la prison des Baumettes à Marseille, le Covid circule aussi.
Dans les couloirs de la prison des Baumettes à Marseille, le Covid circule aussi. © Jean-François GIORGETTI / FTV

Les cas contacts et positifs isolés Pour les détenus cas contact ou atteints par la maladie une organisation particulière a été mise en place.

Les cas contacts sont regroupés, les positifs placés à l’isolement et confinés pendant dix jours dans des cellules dédiées. Ces cellules sont situées dans le quartier des nouveaux arrivants, juste au-dessus du secteur médical.

Elles sont équipées de lits superposés et ont une surface de 12 m2. Lors des promenades, les détenus contaminés ne sont pas mélangés avec les autres.

Yves Feuillerat précise qu’il n’y a eu aucun détenu gravement atteint par la Covid. D’après Myriam Garnier, la cheffe de la détention, "il nous est arrivé de bloquer deux étages et de dépister systématiquement chaque détenu, et chacun s’est prêté au jeu sans difficulté."

"Si l’un d’eux est testé positif, il est placé à l’isolement, j’appelle la famille qui en général comprend la situation… cette année le virus circule très vite !"

Les parloirs diminués de moitié

Les vaccinations ont commencé pour les détenus qui ont plus de 65 ans et ceux qui présentent des comorbidités. 36 ont reçu une injection. En revanche, l’administration n’a pour l’instant, rien prévu pour les personnels.

Le nombre des parloirs familles a été divisé par deux. 80 détenus peuvent rencontrer leurs proches. Hors crise sanitaire, c’est le double. Les box ont été aménagés. Un plexiglas encadré par deux planches assure la séparation.

Covid. Dans les parloirs de la prison des Baumettes, un plexiglas encadré par deux planches assure la séparation.
Covid. Dans les parloirs de la prison des Baumettes, un plexiglas encadré par deux planches assure la séparation. © Jean-François GIORGETTI / FTV

La visite a duré deux heures. La sénatrice Marie-Arlette Carlotti, semblait satisfaite par les mesures sanitaires prises pour protéger les personnels et les détenus et par les explications fournies par le directeur.

Une visite bien lisse pour Cyril Huet Lambing. Selon le secrétaire national adjoint, du Syndicat pénitentiaire des Surveillants, la direction des Baumettes, n’applique pas les consignes ni les circulaires de l’Administration pénitentiaire.

D’après le représentant syndical "certains personnels encadrants viennent travailler positifs à la Covid-19 et incitent les personnels à venir travailler tout en sachant qu’ils sont cas contact."

Le syndicat a écrit à l’Agence Régionale de Santé et à la préfète de police des Bouches-du-Rhône, pour "signaler les dysfonctionnements dans l’application des mesures de protection sanitaires aux Baumettes."

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
covid-19 santé société prison justice