Marseille : défilé du Gang des crânes rasés pour sensibiliser le grand public aux cancers chez les jeunes femmes.

Elles ont entre 24 et 42 ans et ont pour point commun d'avoir eu un cancer du sein. Vingt-cinq femmes vont participer à un défilé sur la Place de l'Opéra, à Marseille, samedi après-midi, pour sensibiliser le public au risque de cancer du sein avant quarante ans.

Encourager le dépistage du cancer du sein avant quarante ans, mais aussi redonner confiance aux femmes touchées par la maladie, c'est le double objectif du gang des crânes rasés. Un groupe formé en mars pour rassembler des jeunes femmes qui ont eu un cancer du sein avant leurs quarante ans. 

Un défilé festif pour changer l'image du cancer

Elles organisent leur premier évènement public demain. Samedi 10 juillet à 17 heures sur la Place de l'Opéra, 25 jeunes femmes défileront en robe de soirée, accompagnées d'un DJ. 

"J'ai envie de changer l'image du cancer du sein, raconte Caroline Bellegarde fondatrice du gang, pour lui donner une image plus jeune et plus souriante." 

Voir cette publication sur Instagram

Une publication partagée par Je m'affirme le crâne rasé (@gangdescranesrases)

Clou du spectacle : les jeunes femmes enlèveront leur perruque. Une belle façon de se réapproprier leur image, mais aussi de sensibiliser le public sur les riques de cancer chez les jeunes. Elles espèrent aussi que le corps médical fasse davantage de dépistage. 

Oser enlever sa perruque 

Justine va participer au défilé. Cette Cannoise de 29 ans, maman de deux jeunes enfants, a été touchée par la maladie il y a un an. Pour combattre son cancer, la jeune femme a été lourdement traitée : ablation du sein et traitement par radiations. 

"J'ai toujours eu des longs cheveux blonds de 70 centimètres. Mes enfants ne m'ont jamais vue sans perruque, j'ai des faux-cils, je me suis faite tatouer les sourcils et j'ai une prothèse." Pour la jeune femme enlever sa perruque sera donc un acte très courageux.

"Les médecins m'ont dit de ne pas m'inquiéter et de revenir en février."

Pour Justine, il est pourtant important de montrer que des jeunes peuvent être malade. Sensibiliser à la fois le public, mais aussi le corps médical. 

"En septembre, j'ai senti une boule dans mon sein. On m'a fait une échographie et on m'a dit que c'était un kyste. Les médecins m'ont dit de ne pas m'inquiéter et de revenir en février." Mais voilà, Justine a mal et de plus en plus de déformation dans la poitrine. Elle n'attend pas février. Soutenue par son gynécologue elle se fait opérer : ce qui la sauve. 

La biopsie révèle que ce ne sont pas des kystes :"J'avais sept tumeurs dans mon sein, on a dû me l'enlever. Je pense que si dès septembre on m'avait traitée, j'aurai pu le garder."

Encourager le dépistage chez les plus jeunes

Aujourd'hui, Justine sensibilise son entourage "Je ne bois pas, je ne fume pas, alors tout le monde a été choqué par mon cancer. Résultat, une amie s'est faite dépistée et a découvert qu'elle avait un cancer du col de l'utérus. Elle a pu éviter la chimio. "

À l'avenir le Gang des cranes rasés espère répéter l'expérience et organiser des défilés dans d'autres villes, comme Lyon, Lille et même Paris

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
cancer santé société