Marseille : un homme tué par balles près du commissariat du 16e arrondissement

Un homme a été tué par balles à proximité du commissariat de 16e arrondissement de Marseille, hier soir vers 20H40. Il avait une trentaine d'années. Le commissariat de l'Estaque était fermé à cette heure-ci.

Un homme a été tué par balles ce vendredi soir, peu avant 21h à Marseille, quartier de l'Estaque. L'homme était assis sur une chaise et fumait la chicha, boulevard Roger Chieusse, à proximité du commissariat de police du 16e arrondissement, fermé à cette heure-ci, quand il a été pris pour cible. Selon le procureur de le République présent sur les lieux, une voiture avec 4 hommes cagoulés à bord s'est arrêtée à sa hauteur, deux hommes en sont sortis et ont ouvert le feu vraisemblablement avec une kalachnikov, la victime a été touché par une vingtaine de projectiles.

Agé d'une trentaine d'années

Les marins-pompiers nous ont précisé que la victime avait une trentaine d'années. L'homme était encore en vie à l'arrivée des secours mais il n'a pas eu le temps d'être transporté à l'hôpital. Il est mort entre les mains du médecin du Samu. Si la piste du règlement de comptes est avérée, ce serait la 17e victime depuis le début de l'année à Marseille.
Toujours selon le procureur de la République, une voiture a été retrouvée calcinée sur la commune voisine du Rove, il s'agit probablement de la voiture du commando. 
La brigade criminelle de la police judiciaire a été saisie, l'enquête est en cours pour identifier les auteurs.

Déclaration du Procureur de la République de Marseille, Xavier Tarabeux
L'actualité "Faits divers" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
L'actualité "Faits divers" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
choisir une région
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité