Marseille : iBubble, le premier drone sous-marin autonome, sans fil et "made in France"

C'est une première. Un drone sous-marin autonome a été créé par une start-up marseillaise, Notilo-Plus. iBubble est capable de filmer sous l'eau en toute autonomie, mais aussi de collecter des informations sur le milieu marin. De quoi séduire le grand public et les professionnels.

Marseille : iBubble, le premier drone sous-marin autonome, sans fil et "made in France"
Marseille : iBubble, le premier drone sous-marin autonome, sans fil et "made in France" © FTV
En mission de nettoyage dans les calanques de Marseille, un drôle de petit robot jaune semble sorti d'un film de science-fiction. IBuble est le tout premier drone sous-marin autonome.

iBubble est un concentré de technologie pour un poids mini de dix kilos. Sans "fil à la patte", sa caméra intelligente est capable de suivre un plongeur. Une télécommande intègre différents scenarios et permet d'interagir.

Un joli jouet dans sa version de base, comptez 4499 euros, pour immortaliser ses plongées, "Il y un mode follow qui suit le plongeur, un mode lead où le drone va passer au-dessus du plongeur et avancer devant lui, un autre où on peut manuellement prendre le drone pour filmer", explique Filip Novotny, responsable de l'équipe intelligence artificielle Notilo Plus.  
Premier drone sous-marin autonome !

C'est une première "made in Marseille" 💪👍 En savoir +++ https://france3-regions.francetvinfo.fr/provence-alpes-cote-d-azur/bouches-du-rhone/marseille/marseille-ibubble-premier-drone-marin-autonome-fil-made-in-france-1564404.html

Publiée par France 3 Provence-Alpes sur Jeudi 14 novembre 2019
Dans l'eau pas de wifi, de GPS ou de Bluetooth, les créateurs d'IBubble ont dû trouver une autre solution. Un système de sonar permet au drone de se repérer jusqu'à 60 m de profondeur. C'est la même technologie acoustique qui lui permet de se positionner autour d'un plongeur. Son autonomie lui permet de tenir une heure en immersion.

iBubble a été créé par une start-up installée à Marseille. Le drone est décliné dans une version industrielle, à l'intelligence artificielle plus poussée, dont les applications sont orientées pour les professionnels de l'infrastructure sous-marine, la recherche scientifique, le transport maritime ou encore la défense.

Selon sa programmation, la caméra sera par exemple capable de reconnaître des anomalies sur la coque d'un bateau ou de repérer une fissure sur un barrage.

"Ces drones vont pouvoir capter de l'information sur l'état des océans, de la faune et de la flore, plus il y aura de drones dans l'eau, plus on sera capable d'avoir ces informations et de les fournir aux scientifiques", indique Benjamin Valtin, co-fondateur de Notilo Plus.

Le drone sera aussi "demain capable de reconnaître des espèces pour les scientifiques", selon ses créateurs. "On est capable de lui faire apprendre ce que l'on souhaite et plus il va faire des missions et plus notre drone va être intelligent dans sa reconnaissance et son apprentissage".

En 18 mois, la start-up marseillaise a vendu plus de 300 drones sous-marins à travers le monde.
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
méditerranée mer sorties et loisirs innovation entreprises économie thalassa
l’actualité de votre région, dans votre boîte mail
Recevez tous les jours les principales informations de votre région, en vous inscrivant à notre newsletter