Marseille : La Canebière célèbre la 21e édition de la fête du vélo

De 10h à 17h, des ateliers, démonstrations et balades insolites en vélo dans la ville sont organisées sur la Canebière. Dans l'une des villes les moins aménagées pour les cyclistes en France, collectifs et usagers plaident pour accélerer et sécuriser l'usage du vélo à Marseille. 

À Marseille, où le développement du vélo est encore à la traîne, usagers et collectifs se mobilisent pour encourager le développement de moyen de transport écologique
À Marseille, où le développement du vélo est encore à la traîne, usagers et collectifs se mobilisent pour encourager le développement de moyen de transport écologique © FTV

Des centaines de cyclistes qui dévalent une Canebière récemment piétonnisée : pour de nombreux marseillais, l'image semble encore insolite.

À l'occasion de la 21 édition de la fête du vélo, collectifs citoyens et familles sont rassemblés sur le bas de l'avenue dimanche 6 juin pour de nombreuses activités et ateliers faisant la promotion du vélo. 

Balades à travers plusieurs quartiers de Marseille, ateliers mécaniques ou essais de vélos insolites auront lieu tout au long de la journée jusqu'à 17h.

L'association Vélos en ville, par exemple, offre aux participants des marquages BicyCode, qui permettent d'identifier et de protéger les vélos des habitants contre le vol. Des parties de sports originaux, comme le polo-bike, sont aussi organisées au cours de la journée. 

Retard considérable sur le vélo à Marseille

À Marseille, c'est la Métropole qui est en charge de la voirie et des aménagements cyclable. 

Un plan vélo 2019-2024 a été voté il y a deux ans, promettant le tracé de plusieurs dizaines de kilomètres de pistes cyclables, comme c'est le cas sur la Corniche. Le collectif Vélos en ville, toutefois, regrette le manque de cohérence et de continuité des nouvelles pistes, déplorant aussi la lenteur des aménagements. 

Interviewé par Go'met, le maire de Marseille Benoît Payan en a profité pour interpeller sa présidente Martine Vassal : "Je dis à la Métropole : aidez Marseille, faites des pistes cyclables, permettez-nous de faire du vélo". 

En 2020, la ville s'est une nouvelle fois classée dernière du Baromètre des Villes Cyclables de plus de 200.000 habitants, attestant de son retard en terme d'aménagements cyclables. 

L'année dernière, la suppression de 1,5 kilomètres de "coronapistes" sur le Prado cinq jours après leur création - le tout pour un coût de 30.000 euros - avait suscité la colère des utilisateurs, les associations dénonçant un manque de concertation. 

Le 23 mai, une première édition de la Voie est libre, une journée de piétonnisation réservée aux mobilités douces, avait rassemblé des centaines de piétons et cyclistes sur la Corniche et une partie de l'Estaque. Une nouvelle édition organisée par la Ville aura lieu le 13 juin prochain. 

La mairie de Marseille envisage également de piétonniser temporairement une partie du Vieux-Port, du fort Saint-Jean jusqu'à l'ombrière, pour donner plus de places aux piétons et cyclistes pendant la période estivale. 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
vélo économie transports environnement sorties et loisirs