Marseille : manifestation, conseil municipal houleux et dérapage

Manifestation devant l'hôtel de ville pendant le conseil municipal / © Marie Agnès Peleran France 3 Provence Alpes
Manifestation devant l'hôtel de ville pendant le conseil municipal / © Marie Agnès Peleran France 3 Provence Alpes

Le conseil municipal de Marseille, ce lundi, a été marqué par une manifestation, des échanges vifs autour du PPP concernant les travaux de réhabilitation des écoles et l'habitat indigne, et un dérapage du conseiller RN Stéphane Ravier.

Par AV

Derrière une banderole "L'école publique n'est pas à vendre", les manifestants attendaient les élus devant l'hôtel de ville. Ce lundi, 90 dossiers étaient à l'ordre du jour du conseil municipal de Marseille, dont le "fameux" PPP concernant les travaux de réhabilitation des écoles et l'habitat indigne.

Des fonds peu utilisés 

Ils demandent le retrait de ce partenariat public privé et la mise en place de solutions concrètes contre les logements insalubres. Ils reprochent à la mairie de ne pas s'être substituée aux propriétaires défaillants comme elle en avait les moyens depuis 2014 pour faire les travaux d'urgence.

Nous avons utilisé l'argent autant que de besoin

L'opposition a soulevé la question pendant la séance du conseil municipal. Pourquoi ne pas avoir utilisé ce dispositif? "Nous avons utilisé l'argent autant que de besoin, assure Julien Ruas, adjoint au maire chargé de la gestion des risques urbains.

S'il n'y a pas de signalements, il n'y a pas d'utilisation de fonds, nous avons eu peu de signalements au cours des années qui se sont succédées avant le 5 novembre. Il est vrai que depuis le 5 novembre, nous avons beaucoup plus de signalements et de l'ordre de 5 fois plus de périls prononcés". 

PPP en sursis ?

Dans l'hémicycle, l'ambiance monte d'un cran quand vient le sujet brûlant des écoles. Vives réactions dans les rangs des conseillers, quand le maire Jean-Claude Gaudin liste les écoles qui ont été rénovées au cours de ces dernières années.

L'opposition se fait l'écho des manifestants à l'extérieur en demandant le retrait du PPP. Mais question pour la mairie, qui campe sur ses positions en attendant la décision du tribunal administratif le 12 février prochain. 
conseil municipal et PPP
Intervenants :Emmanuel Patris Membre du collectif du 5 novembre, Julien Ruas Adjoint au maire chargé de la gestion des risques urbains. Un reportage de : Christian Pesci et Marie Agnès Peleran

"A l'hôtel, même heure"

La fin du conseil a été marqué par des échanges vifs entre le sénateur RN Stéphane Ravier et la conseillère EELV Lydia Frentzel. A l'élue qui lui disait "on se verra dans le 13-14", terre d'élection de l'ex-frontiste, ce dernier a lancé "On se verra à l'hôtel, même heure". 
Les élus d'opposition ont immédiatement réagi pour demander un rappel à l'ordre qui a tardé à venir, Jean-Claude Gaudin s'amusant plutôt de l'allusion déplacée du conseiller et ajoutant "En tout cas, pas dans mon bureau".

Après l'intervention des présidents de groupe, Benoît Payan (PS) et Yves Moraine (LR), le maire a finalement donné un avertissement à Stéphane Ravier. 

Plainte déposée

"Lydia Frentzel a porté plainte pour injure sexiste. Notre collectif Marseille en commun va se porter partie civile",  a annoncé l'écologiste marxeillais Sébatien Barles dans un communiqué. "Ces propos ne sont pas qu'un simple dérapage verbal. Les mots blessent, humilient... Ces violences du quotidien, héritage de siècles de domination masculine, ne sont plus tolérables et sont même pénalement punies".
 

A lire aussi

Sur le même sujet

Un témoin raconte l'intervention à Saint-Raphaël

Les + Lus