Marseille : Michèle Rubirola signataire d'une tribune pour un moratoire sur la 5G

La maire de Marseille Michèle Rubirola, et près de 70 autres maires et élus écologistes et de gauche, signent une tribune dans le Journal du Dimanche, réclamant un moratoire immédiat sur le déploiement de la 5G, au moins juqu’à l’été 2021.
 

La maire de Marseille Michèle Rubirola
La maire de Marseille Michèle Rubirola © Nicolas Vallauri/MaxPPP
Les nouveaux maires écologistes de grandes villes comme Marseille, Strasbourg, Bordeaux, Lyon, Grenoble et Tours font partie des 70 signataires de cette tribune publiée par le Journal du dimanche. Ils demandent au gouvernement un moratoire sur le déploiement de la 5G.
               
La décision gouvernementale d'attribuer les fréquences dès septembre "intervient sans étude d'impact climatique et environnemental ni aucune consultation publique préalable", déplorent les signataires.

Un débat sur les usages numériques

"Nous, maires et élus, proposons dans l'immédiat un moratoire sur le déploiement de la 5G au moins jusqu'à l'été 2021", ainsi que la "tenue d'un débat démocratique décentralisé sur la 5G et sur les usages numériques", écrivent-ils.

Les signataires estiment qu'il faut réfléchir sur cette "inflation numérique", qui pose des questions "sanitaires, environnementales et démocratiques".
Ils rappellent que la technologie 5G va permettre des débits "dix fois supérieurs à la 4G sur les smartphones", et qu'elle va entraîner  "une très forte consommation d'énergie".

Sans compter que très peu de téléphones mobiles sont compatibles avec la 5G : "le déploiement de ce réseau mobile va impliquer un renouvellement d’une large du matériel, augmentant encore l’empreinte écologique (…) pour une nouveauté technologique dont l’utilité reste à démontrer", estiment maires et élus.

Priorité à la 4G

Craignant l'aggravation de "la fracture numérique", notamment dans les zones rurales pas encore desservies en 4G, la tribune réclame que priorité soit donnée au "développement de la fibre en zone rurale, en finalisant le déploiement de la 4G".

Les signataires rappellent le contexte d'urgence climatique et sociale, et l'importance d'un choix citoyen :

"Ce choix ne doit être ni celui des opérateurs, ni même celui d’experts, mais bien un choix de l’ensemble des citoyennes et des citoyens afin de décider d’une manière éclairée et démocratique, l’installation de la 5G".

En juillet déjà, EELV avait demandé, dans une motion adoptée à la quasi unanimité de la centaine de conseillers fédéraux du parti, un "moratoire sur la 5G" qui va générer "une grosse inflation de la consommation électrique" et permettre "la collecte de données personnelles".
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
environnement téléphonie économie