Marseille. Pass sanitaire : des pompiers rejoignent le cortège pour le quatrième samedi de mobilisation

Publié le Mis à jour le

Le pass sanitaire et l'obligation vaccinale du personnel soignant continue de mobiliser les opposants. Pour le quatrième samedi, les manifestants descendent dans la rue. Deux jours avant le début d'une grève nationale, des pompiers défilent en tête.

Alors que le conseil constitutionnel a validé les grandes lignes de la loi pour étendre le pass sanitaire jeudi 5 août, les manifestants se rassemblent à nouveau dans les rues à Marseille. La mobilisation ne faiblit pas : ils étaient 4.800 à défiler le week-end dernier, ils sont aujourd'hui 6.000 selon la préfecture.  

Aux côtés de soignants, le syndicat Sud des pompiers des Bouches-du-Rhône a rejoint le mouvement. En tête de cortège, ils s'opposent à l'obligation vaccinale : tout comme le personnel médical, les pompiers sont dorénavant soumis au pass sanitaire. 

"On n'est pas contre le pass sanitaire, mais contre l'obligation vaccinale, tient à préciser Bruno représentant syndical Sud au SDIS 13. S'il doit y avoir une obligation vaccinale, elle doit concerner toute la population." Pour le syndicaliste, le fait que les services de police ne soient pas eux aussi soumis à la vaccination est incompréhensible.

Grève nationale des pompiers

En réponse à cette obligation, la Fédération autonome des sapeurs-pompiers professionnels et des personnels administratifs et techniques spécialisés (FA/SPP-PATS) a déposé un préavis de grève nationale et illimitée. 

Une grève en réponse à l'obligation vaccinale et aux conséquences pour ceux qui refusent de se faire vacciner.

Risque de suspension

Le calendrier a été fixé. Jusqu'au 14 septembre, pour travailler les pompiers et marins-pompiers devront présenter un test négatif de moins de 48 heures. À partir du 15 septembre, ils devront au moins avoir reçu une dose de vaccin et présenter un test négatif. Mais dès le 16 octobre, leur parcours vaccinal devra être complet. 

Ceux qui ne se plieront pas aux règles pourront être suspendus et ils ne toucheront plus leur salaire. Cependant, ils pourront prendre ces jours de suspensions sur leurs congés, pour ne pas être pénalisés financièrement