Pass sanitaire : golf, équitation ... voici les règles qui s'appliquent pour le sport en plein air

Le pass sanitaire s'impose depuis le 21 juillet dans le sport comme dans les lieux de loisirs. À l'intérieur, mais aussi en plein air. On vous explique les nouvelles règles en vigueur pour la pratique quotidienne, comme en compétition.
Le contrôle du pass sanitaire s'est généralisé dans les structures de sport en plein air depuis le 21 juillet.
Le contrôle du pass sanitaire s'est généralisé dans les structures de sport en plein air depuis le 21 juillet. © Julio Pelaez / MAXPPP

Depuis le 21 juillet, pour aller faire du sport, le pass sanitaire devient la règle. Dans toutes les structures sportives que ce soit en extérieur ou en intérieur, il va falloir présenter le précieux sésame. 

Si les salariés et les bénévoles des structures échappent à cette obligation, les sportifs comme les spectateurs doivent présenter un pass. Voici dans quels cas vous devez avoir un pass sanitaire.

Que ce soit à l'intérieur ou en extérieur, tous les équipements sportifs, qui peuvent accueillir 50 personnes par jour ou plus (les salariés et bénévoles ne sont pas comptabilisés), doivent demander un pass sanitaire. C'est la capacité d'accueil de la structure qui le rend obligatoire ou non. Même s'il n'y a pas 50 personnes dans le cours de pilates ou sur le stade, le pass reste obligatoire.

Les clubs et les structures sportives doivent donc le contrôler, mais pas les papiers d'identité. Cependant, début août, le pass sanitaire deviendra obligatoire dans toutes les structures sportives, même celles qui ont une capacité d'acceuil inférieure à 50 personnes.

Les activités en plein air sont soumises à cette obligation de pass sanitaire. 

"On a dû mettre quelqu'un à l'entrée du centre équestre, explique Nicolas Bergé gérant du centre équestre du Poët dans les Hautes-Alpes, qui organise le concours Crazy moutain jump. Tous ceux qui viennent pour le concours présentent un pass,  qu'on flashe avec l'application 'Tous anti-covid'."

Pendant quatre jours, le centre équestre accueille entre 300 et 400 cavaliers pour ce concours qui mélange amateurs et professionnels. Contrôler l'ensemble des pass demande donc une importante logistique.  

Les mineurs n'ont pas besoin de présenter un pass sanitaire pour accéder aux structures sportives en intérieur et en extérieur. 

Une bonne nouvelle pour le centre équestre du Poët qui accueille de nombreux jeunes pour les stages d'été. "On a plus de monde que les années précédentes, se réjouit Nicolas Bergé, pour les parents les activités en plein air c'était la roue de secours cet été."

Cependant, la Fédération française d'équitation, comme la Ligue de football, la Fédération française de rugby et la Fédération française de basketball ont déjà annoncé rendre obligatoire le pass sanitaire pour les mineurs à la rentrée de septembre.

Arbitre, encadrant, accompagnateur ou même spectateur, tous les majeurs accédant à une structure sportive doivent présenter un pass sanitaire. Seuls les employés et les bénévoles ne sont pas soumis à cette obligation. 

Une obligation qui a un impact direct sur l'activité des structures sportives. "Puisque même les gens qui accompagnent des joueurs doivent avoir un pass sanitaire, on perd des clients, explique Henry Tessore, propriétaire du golf d'Aix-en-Provence. Depuis le 21 juillet on a déjà une légère baisse, l'été on a une clientèle touristique de passage qui ne pense pas forcément au pass."

Avec le pass, le masque n'est plus automatiquement obligatoire. Cependant, le protocole sanitaire de la structure reste en place. 

"On avait déjà un protocole sanitaire très stricte, détaille Henry Tessore. Par exemple pour la compétition de ce samedi, les joueurs n'ont pas le droit d'échanger leurs cartes de score."  Sur cette compétition, l'obligation d'un pass sanitaire pour les sportifs a déjà des conséquences : "On attend 120 joueurs, mais on a déjà une équipe qui s'est désistée."

L'ensemble des règles appliquées pour les espaces sportifs est étendue aux manifestations sportives dans l'espace public, dès qu'il y a 50 participants par épreuve. 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
covid-19 santé société sport