Le golf, le nouvel "eldorado du sport" en Provence-Alpes-Côte-d'Azur malgré l'épidémie de coronavirus

Publié le
Écrit par Margaux Delaunay
Malgré la crise les golfs résistent, c'est notamment le cas du Golf Bluegreen l'Esterel à Saint-Raphaël dans le Var.
Malgré la crise les golfs résistent, c'est notamment le cas du Golf Bluegreen l'Esterel à Saint-Raphaël dans le Var. © Golf Bluegreen l'Esterel

La région Provence-Alpes-Côte-d'Azur compte 74 clubs de golf. Depuis le début de la crise sanitaire, le golf est l'un des seuls sports autorisés, notamment car il se pratique en plein air. Les professionnels du secteur reconnaissent avoir été "épargnés." 

Les événements sportifs, sont dans la liste des grands perdants du Covid 19. En effet, les mesures sanitaires, prises par le gouvernement pour endiguer l'épidémie de coronavirus, ont fortement impacté ce secteur depuis un an : plus de publics dans les stades, des compétitions annulées, et la fermeture des complexes sportifs en intérieur.

Néanmoins, il y  a un sport qui "tire son épingle du jeu" : le golf. En effet, il n'a été impacté que lors du premier confinement. Une des raisons principales c'est qu'il se pratique en plein air, dans des grands espaces où les gestes barrières sont plus facilement applicables. 

En région Provence-Alpes-Côte-d'Azur ce sont plus de 70 terrains de golf concernés

Dans le Var,  Jean-Marie Cassella est la tête depuis 12 ans, du golf Terre Blanche. Un espace de 300 hectares avec un parcours de 18 trous.

Cet établissement reçoit habituellement, une forte demande de touristes étrangers, beaucoup moins nombreux cette année, avec la crise sanitaire. Néanmoins, le dirigeant se félicite de la saison estivale 2020 : 

Cet été nous avons fait une superbe saison avec une clientèle nationale. Un espace au milieu de la nature et de la forêt, les gens avaient besoin de cela après le confinement.

Jean-Marie Casella

Même constat pour Armand Gadea, patron du Golf Bluegreen l'Estérel à Saint-Raphaël (83) : "on n'a pas eu plus de licenciés mais les personnes jouent beaucoup plus car elles ont besoin de plein air."

De nouveaux publics

Les clichés autour du golf sont nombreux, "sport de riche", "sport de vieux", pourtant les deux patrons interrogés constatent que la crise a accentué la venue de nouveaux publics.

C'est un sport universel, le grand-père peut jouer avec sa petite-fille, un amateur avec un pro, il y a des terrains pour tous les budgets ça réunit tout le monde,

affirme Jean-Marie Casella. 

Les cours ont été maintenus pendant la crise, les élèves, ont pu continuer de s'entraîner. Il ajoute : "On a été plébiscité par une clientèle différente, nos professionnels ont beaucoup travaillé, ils ont donné des cours, même à des jeunes."  

Même si la "petite balle" a suscité un engouement, les golfs n'ont pas pu remplir leurs fonctions d’accueil et de restauration. Une dimension pourtant importante : "le golf c'est aussi la petite limonade à la fin de la partie !", souligne Armand Gadea.

Une pratique encadrée

Si les golfs ont pu rester ouvert, c'est grâce au respect scrupuleux des gestes barrières : 

>  Marquages au sol

> Zone des bars et des restaurants : fermée

> La distanciation sociale et le port du masque obligatoire 

> Mise à disposition de gel hydro-alcoolique 

La Fédération Française de Golf (FF Golf) s’est montrée très réactive pour mettre en place des protocoles sanitaires, bien aidée par les distanciations sociales imposées par le jeu, et l’utilisation des différents clubs, en plein air. 

On sent un vrai engouement malgré cette année compliquée,

assure Armand Gadea.  

Pour Jean-Marie Castella, ces règles ont pu être facilement applicables car les "joueurs ont l'habitude d'avoir un comportement exemplaire dans ce sport." 

Dès le 11 mai, la FF golf s'était félicitée d'être l'un des premiers sports à pouvoir reprendre, avec la mise en place d'un protocole sanitaire : 

Les compétitions amateurs ont pu reprendre : 

Notamment ce weekend, du 26 au 28 mars, le golf international d’Arcachon accueille la 11e édition de l’Open d’Arcachon. Un événement qui devrait réunir 99 joueurs, mêlant professionnels et amateurs.

La compétition, qui se déroule habituellement au printemps, avait en effet été décalée au mois d’août l’année passée, en raison du contexte sanitaire lié à la pandémie de Covid-19. 

Contrairement à d’autres sportifs, dont certains attendent toujours de retrouver une activité normale, les golfeurs ont pu rejouer dès la fin du confinement.

Malgré les restrictions sanitaires prises dans certains départements, comme les Alpes-Maritimes, la pratique de ce sport reste autorisée.

A condition d'aller jouer dans un rayon de 10 km autour de chez soi et en appliquant les gestes barrières.

En partenariat avec France 3 France Bleu et Make.org

Participez à la consultation citoyenne sur la présidentielle 2022

Faites-vous entendre ! France 3 Régions s'associe à la consultation Ma France 2022, initiée par France Bleu sur la plateforme Make.org. Le but ? Vous permettre de peser dans le débat démocratique en mettant vos idées les plus plébiscitées au centre de la campagne présidentielle.