• L'actu en vidéos
  • SOCIÉTÉ
  • POLITIQUE
  • ECONOMIE
  • SPORT
  • FAITS DIVERS

Marseille : plusieurs centaines d'antifascistes défilent contre le “Bastion social”

Les militants antifascistes à la porte d'Aix / © France 3 Provence-Alpes / Philippe Fabrègues
Les militants antifascistes à la porte d'Aix / © France 3 Provence-Alpes / Philippe Fabrègues

A l'appel d'une quarantaine d'organisations syndicales, politiques et associatives, une manifestation a rassemblé plusieurs centaines de personnes à Marseille pour réclamer la fermeture du local du "bastion social" un mouvement d'extrême-droite.

Par Marc Civallero

Plusieurs centaines de militants syndicaux, politiques et associatives ont défilé ce samedi après-midi dans les rues de Marseille pour réclamer la fermeture du local du "bastion social", un mouvement d'extrême-droite.
 
Les antifascistes en bas des marches de la gare saint-Charles / © France 3 Provence-Alpes/Philippe Fabrègues
Les antifascistes en bas des marches de la gare saint-Charles / © France 3 Provence-Alpes/Philippe Fabrègues

Dans un communiqué les organisateurs de la mobilisation déclarent : 

"Le bastion "social", organisation fasciste, n'a de "social" que le nom ! Derrière ce vernis visant à masquer sa véritable idéologie, c'est en réalité une organisation dont les membres, issus du GUD et des identitaires, s'illustrent par les nombreuses agressions qu'ils commettent, par leurs propos et actions racistes, sexistes et homophobes."

Dans les colonnes de nos confrères de la Marseillaise, Cédric Bottero un des organisateurs de la manifestation précise :

"Aujourd’hui,on veut mobiliser le plus de monde, afin de continuer à communiquer sur le problème que nous avons rencontré l’année dernière lors de l’ouverture du local du Bastion social à Marseille. Ces initiatives interviennent pour réinterpeller les autorités à l’occasion du premier anniversaire du local du groupuscule fasciste et surtout pour passer à la vitesse supérieure. "

Les forces de l'ordre, très présentes, pour encadrer la manifestation / © France 3 Provence-Alpes/ Philippe Fabrègues
Les forces de l'ordre, très présentes, pour encadrer la manifestation / © France 3 Provence-Alpes/ Philippe Fabrègues

Lors du dîner annuel du Crif, mercredi 20 février, Emmanuel Macron avait demandé la dissolution de groupuscules d'extrême droite, dont le Bastion social. Ce dernier est une des survivances de l'organisation étudiante d'extrême droite le GUD, le Groupe Union-Défense, dissoute en 2017.

A lire aussi

Sur le même sujet

Interview de Thérèse Scheirmann-Descamps

Les + Lus