• L'actu en vidéos
  • SOCIÉTÉ
  • POLITIQUE
  • ECONOMIE
  • SPORT
  • FAITS DIVERS

Marseille : la préfecture définit un périmètre d'interdiction de manifester pour samedi 23 mars

© GERARD JULIEN / AFP
© GERARD JULIEN / AFP

Le prefet des Bouches-du-Rhône a décidé d'interdire tout rassemblement aux abords du Vieux-Port de Marseille ce samedi. Outre l'acte 19 du mouvement des gilets jaunes, la prefecture craint un affrontement entre l'ultra gauche marseillaise, et un groupuscule d'extrême droite "le bastion social".

Par Nathalie Deumier

Samedi marquera l'acte 19 du mouvement des gilets jaunes, mais la journée sera également marquée par une autre manifestation, celle de l'ultra gauche marseillaise, qui en aurait appelé à en découdre, avec le "bastion social", un groupe d'extrême droite. Alors pour éviter tout débordement, la préfecture des Bouches-du-Rhône a définit un périmètre aux abords de la rue Fort Notre Dame, d'interdiction de manifester. 
 

Les détails du périmètre d'interdiction de manifester

La préfecture prend un arrêté d’interdiction de toute manifestation sur la voie publique dans la rue Fort Notre-Dame et alentour, le samedi 23 mars 2019 de 13 heures à minuit.

Le périmètre interdit est délimité par les voies suivantes :

- Cours Pierre Puget,
- Boulevard Notre-Dame,
- Boulevard de la Corderie,
- Rue des Tyrans,
- Rue Neuve Sainte-Catherine,
- Rue de la Croix,
- Quai de Rive Neuve,
- Cours Jean Ballard
- Rue Breteuil.
 

« Maintenant, ça suffit ! »


En parallèle, La CCI Marseille Provence a demandé l'interdiction "du déroulement de l'acte XIX des gilets jaunes". Les mouvements répétés chaque samedi depuis près de 5 mois dans le centre-ville de Marseille, ont provoqué la réaction du président Jean-Luc Chauvin. Il a réclamé officiellement ce jeudi par courrier au préfet de la Région d’interdire l’acte XIX des Gilets jaunes.

La Chambre de Commerce se considère comme le porte-parole de l’exaspération des entreprises, artisans et commerçants, lourdement impactés par la situation. Samedi après samedi, les troubles de l’ordre public provoquent des pertes de fréquentation et, par conséquent, de chiffre d’affaires. "Ces pertes fragilisent l’ensemble de l’économie locale et pourraient engendrer de nombreuses cessations d’activité et de licenciements."

 

Sur le même sujet

Marseille : Coiff in the street, l’application qui coiffe les sans-abris dans toute la France

Les + Lus