Hydroxychloroquine : le professeur Raoult visé par la plainte d'une société médicale devant l'Ordre des médecins

La Société de pathologie infectieuse de langue française (Spilf) a déposé une plainte contre le Professeur Didier Raoult devant l'Ordre des médecins pour manquements au code de déontologie française, selon une information révélée ce jeudi par le Figaro.
Le Pr Didier Raoult directeur de l’Institut Hospitalo-Universitaire Méditerranée infection à Marseille.
Le Pr Didier Raoult directeur de l’Institut Hospitalo-Universitaire Méditerranée infection à Marseille. © THOMAS COEX / AFP
La plainte a été déposée auprès du conseil départemental de l'Ordre des médecins des Bouches-du-Rhône, en juillet dernier par la Société de pathologie infectieuse de langue française (Spilf).

Cette société, inconnue du grand public, et organisatrice de congrès, est "ouverte à tout médecin, biologiste, pharmacien, chercheur intéressé ou impliqué en pathologie infectieuse".

Elle participe activement aux activités menées par différentes autorités comme l'Agence française de sécurité du médicament (ANSM).

Un argumentaire de six pages

L'information a été révélée mercredi soir par Le Figaro. Le quotidien national explique avoir pu consulter "un argumentaire de six pages" motivant la plainte de la société médicale.

L'infectiologue marseillais Didier Raoult, directeur de l'IHU Infection Méditerranée, se voit reprocher une dizaine de manquements  au code de déontologie médicale.
"Promotion d’un traitement qui n’a pas démontré son efficacité, diffusion de fausses informations auprès du public, graves manquements au devoir de confraternité, réalisation d’essais cliniques dont la légalité reste à démontrer…" énumère la journaliste du Figaro.

Réaction du Pr Philippe Parola (IHU)

A tout cela, le professeur Raoult avait déjà donné réponses et arguments, souvent par voie de presse. Aujourd'hui, il n'a pas souhaité s'exprimer auprès de notre rédaction. Mais le Pr Philippe Parola, son bras droit à l'IHU a pris la parole ce jeudi sur CNews, précisant que l'IHU et son directeur n'avaient pas entendu encore parler de cette plainte.

"Si c'est vrai, je ne sais pas si c’est une plainte déposée par le président de la Spilf avec l’accord de son conseil d’administration, et surtout nous ne savons pas si ça traduit l’opinion de tous les membres infectiologues de cette association", a-t-il souligné.

L'infectiologue marseillais a précisé également que ce genre d'associations "sont financées par les côtisations des médecins mais également par l’industrie pharmaceutique". Rappelant les propos mêmes du Pr Raoult, le Pr Philippe Parola pense que "le Conseil de l'ordre a d’autres chantiers, comme celui de défendre la liberté de prescription des médecins, notamment des généralistes".

Une pétition en ligne en soutien à Didier Raoult

Contacté par nos soins, la Spilf de son côté, a dit considérer "qu’il serait prématuré de communiquer à ce sujet alors que la plainte est en cours d’instruction".

Sur les réseaux sociaux, les débats vont bon train, et se nourissent de la polémique lancée depuis le début de la crise par le Pr Raoult et son choix d'utiliser l'hydroxychloroquine, une molécule tout à la fois décriée et acceptée par les études scientifiques.

Une pétition en faveur du professeur Raoult, a même été lancée en ligne ce jeudi par un médecin.

La plainte annoncée par la Spilf, devrait donner lieu tout d'abord à une phase de conciliation entre les parties. Si celle-ci échoue, ce sera alors à la chambre disciplinaire, présidée par un magistrat de traiter le dossier.

"Dans 58% des cas, les plaintes n’aboutissent à aucune sanction", précise Le Figaro.
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
polémique société sciences culture coronavirus/covid-19 santé