• L'actu en vidéos
  • SOCIÉTÉ
  • POLITIQUE
  • ECONOMIE
  • SPORT
  • FAITS DIVERS

Marseille : tweets polémiques des politiques sur le projet de salle de shoot

Salle de shoot au Luxembourg / © ARNAUD JOURNOIS / PHOTOPQR/LE PARISIEN
Salle de shoot au Luxembourg / © ARNAUD JOURNOIS / PHOTOPQR/LE PARISIEN

Elle doit être montée tout près d'un hôpital. C'était une condition posée par Jean-Claude Gaudin. La salle de shoot de Marseille est prévue à côté de l'hôpital de la Conception. Le 5 juin, Martine Vassal et Bruno Gilles s'insurgent contre ce projet, dans des tweets.

Par Nathalie Deumier

Le 5 juin, à 19h54, la première à s'exprimer est Martine Vassal. La présidente du Conseil départemental des Bouches-du-Rhône affiche son opposition à l'ouverture d'une salle de shoot, "à deux pas de l'hôpital de la Conception et du centre-ville de Marseille".   
 

Toujours le 5 juin, à 22h12, Bruno Gilles s'exprime, également sur Twitter. Le sénateur des Bouches-du-Rhône a consulté les riverains, qui sont inquiets. Il demande "le retrait immédiat du projet de salle de shoot."   
 

Un projet vieux de 7 ans

D'abord opposé au projet, Jean-Claude Gaudin change d'avis et le projet de salle de shoot prend forme à Marseille entre 2012 et 2013. Le maire de Marseille exige que la salle soit installée dans un hôpital.

Parce qu'il est central et facile d'accès, l'hôpital de la Conception est choisi. La salle doit être aménagée à deux pas. 

Colère d'un médecin addictologue 

"Ils ne doivent pas vraiment savoir ce qu'est une salle de shoot. On y sauve des vies." Psychiatre, spécialiste en toxicomanie, Béatrice Tambul est consternée par les réactions de des deux politiques. Cette salle, pour elle est nécessaire, voire urgente.

Sans ce lieu, les "injecteurs" agissent dans la rue. Et ils sont particulièrement nombreux à Marseille. Leur offrir ce lieu, c'est, au contraire, protéger les riverains.

"Des propos irresponsables"

Le dossier de la salle de shoot de Marseille est sur le bureau de la ministre de la santé.

"Les commerçants du quartier sont au courant avant la ministre !" s'insurge Béatrice Tambul, pour qui la santé publique n'a jamais été glamour. "Le local doit être ouvert en 2020. Dans une ambiance axée sur les risques sanitaires, pas sur les élections municipales." 
 

Sur le même sujet

Interview de Thérèse Schermann-Descamps

Les + Lus