Mondial la Marseillaise à pétanque : Foyot s'envole en quart de finale

© France 3 Provence-Alpes Sophie accarias
© France 3 Provence-Alpes Sophie accarias

La triplette Foyot écrase ses adversaires en 8è de finale. Face à lui une équipe qui concourrait pour la première fois au Mondial à pétanque. Le score final 13 à 6 ne reflète pas les efforts faits par les nouveaux arrivants qui se sont bien battus.

Par Sophie Accarias

La partie n’a été évidente pour personne. Ni pour la triplette Foyot ni pour celle de Michel Martinez. Lui et ses co-équipiers : José Santiago, le tireur et Christophe Pizzo, le pointeur, participent pour la première fois au Mondial à pétanque. Ils font chaque été tous les concours du pourtour de la Méditerranée. Mais le Mondial, c’est une première. Affronter Foyot ? Pas de souci pour le capitaine Michel Martinez :

Pas de pression, on va jouer tranquille comme on a fait jusqu’ici

Mais tout de même affronter les 1m90 de légende de Marco Foyot, 6 fois vainqueur de la Marseillaise … Ce n’est pas tous les jours.


Bataille entre pointeurs

Et justement pour la première mène, c’est Marco Foyot qui s’y colle. Une première boule qui donne le ton : à 20 cm du bouchon. S’ensuit une bataille rangée entre pointeurs qui se termine par une mène éclatée par Moineau. Le bouchon est dehors. C’est reparti pour une nouvelle première mène.

Bouchon dehors ou dedans ?

On relance à nouveau pour la deuxième première mène ! C’est Marco Foyot qui jette le bouchon. Un peu trop loin et peut-être aussi trop près de la bordure. Les adversaires mesurent puis c’est à l’arbitre de vérifier. Le bouchon est dedans. Un homme dans la foule tente une blague.

Marco, c’est un voleur !


"Et toi ? T’as tes papiers ?" Lui répond Foyot sourire aux lèvres. Les gens se marrent. La deuxième première mène démarre. Marco Foyot pose sa première boule à 80 centimètres. Pizzo fait mieux. On entend des bravos dans la foule. Chris Helfrick la vise mais l’effleure sans la lever. Marco tente sa chance mais c’est casquette. Chris Helfrick fini par réussir mais c’est sans compter sur Michel Martinez qui remet la même. La première mène se termine 2 à 0 pour l’équipe de Michel Martinez.

Des admiratrices de Marco Foyot le mitraillent de photos

La deuxième mène est lancée. Pizzo pose sa première boule à 80 centimètres du bouchon. Marco Foyot fait beaucoup mieux. Des admiratrices, qui sont, c’est certain, venues juste pour croiser le champion, le mitraillent de photos. Les gens applaudissent la boule. Les admiratrices sont aux anges. Derrière José Santiago rate son premier tir. La boule de Marco tient toujours. Puis au second tour il finit par éclater le jeu. La seconde mène est annulée comme sa grande sœur.


Deuxième mène numéro 2 !

Pizzo est à la manœuvre mais Chris Helfrick lui laisse à peine quelques secondes avant de l’enlever et de placer la sienne tout près du bouchon. Pizzo revient et met la sienne à 40 centimètres. Rebelote pour Helfrick. Michel Martinez le capitaine prend un peu de temps pour réfléchir. Il observe le terrain et la pose magnifiquement à quelques centimètres du bouchon. Moineau la lève sans une seconde d’hésitation. Martinez revient, se frotte les mains, passe à ça du bouchon mais la boule s’éloigne elle est trop longue. Marco Foyot, lui, prend quelques instants pour discuter avec des fans. Pendant ce temps-là José Santiago entre un point, enlevé immédiatement par la dernière boule de Moineau. José Santiago en entre une seconde. Il reste une boule à Marco Foyot qui a justement fini de discuter. Il observe le terrain et il tente de casser le jeu. C’est réussi. Il lui reste une boule dans la main. C’est le premier point.


La chaleur devient insupportable


L’équipe de Martinez qui n’a pas pris d’eau demande à des supporters d’aller en chercher. C’est vrai qu’il fait vraiment très chaud. Foyot démarre. Première boule à 30 centimètres. Christophe Pizzo est trop long puis trop court. On sent comme un flottement. José Santiago arrive puis supprime enfin la boule de Marco Foyot. L’eau de l’équipe Martinez arrive au même moment. Ca fait du bien. Les 3 hommes s’aspergent les cheveux et boivent longuement. L’équipe Foyot réfléchit à voix haute au stratagème à adopter.

On a 5 boules, ils en ont 3.

Chris Helfrick décide de tirer pour supprimer la boule e José Santiago. C’est parfait. Michel Martinez arrive, sa boule semble trop longue. L’arbitre est de nouveau mis à contribution. Elle est bonne finalement. La mène se termine par un 4 à 2 sans appel pour Foyot.


Une mène bien mal payée

La 4è mène est remportée par l’équipe de Martinez après d’innombrables efforts. Mais c’est seulement un petit point qui rentre alors que la mène aura duré un temps infini. C’est Moineau qui en tirant la boule de son adversaire leur donne le point : pendant le tir le bouchon passe à l’adversaire. 4 à 3. L’équipe de Martinez se prend à rêver de faire chuter Foyot. C’est le début de la cinquième mène. Elle ne va pas durer longtemps. Au bout de 3 boules José Santiago casse le jeu, le bouchon est dehors. Mène annulée. On repart pour la mène 5 numéro 2. Décidément ça devient une habitude. L’équipe de Foyot se reprend un peu. La première de Pizzo est loin derrière le bouchon, puis Marco est trop court. Il joue sa seconde boule et rentre. José Santiago tente le carreau mais le rate. C’est pareil pour sa seconde boule. Pizzo revient et sa boule rentre. Comme par miracle, car au début elle est trop longue mais elle finit par revenir. Chris Helfrick rate son premier tir mais pas son second. Michel Martinez rentre une boule. Moineau demande alors ce qu’il fait ? Marco Foyot lui répond :

C’est toi qui a les boules, c’est toi qui décide.


Il lui reste 2 boules. La première rentre. C’est de nouveau à Martinez il tape mal mais semble rentrer. On appelle l’arbitre. Le mètre est sorti une fois encore. Elle est rentrée le point est à la triplette Martinez. Il reste une boule à Moineau. Foyot lui lance :

 Tu ne veux pas tirer ? Allez frère ! Voilà !! Tu vois.

La boule est rentrée et le point est pris. Fin de la mène sur le score de 5 à 3.


La triplette Martinez va-t-elle craquer ?

La sixième mène débute et dans le public on pense que c’est le tournant de la partie. La triplette Martinez devrait craquer. D’autant plus que le thermomètre doit dépasser les 36 degrés. Mais non ! Après d’incroyables carreaux de José santiago la triplette fini par prendre encore un point. 5 à 4 pour Foyot.
 

7e mène

Martinez lance le bouchon mais laisse Pizzo entre en action. C’est un peu long. Marco lui est trop court mais il tient. José Santiago toujours impeccable la lève et met la sienne à la place. Devant ce beau carreau quelqu’un s’écrie :

C’est ce qu’il faut, bravo !

La boule ne va pas tenir longtemps. Chris Helfrick la lève mais ne tient pas. José Santiago met la sienne encore plus près. Puis Pizzo casse le jeu. Le bouchon est au bout du terrain. Mais se sont toujours les boules des adversaires qui tiennent. Ça fait 8 à 4 pour l’équipe Foyot. Durant la 8è mène Marco Foyot et son équipe passe enfin à la vitesse supérieure. Dans la foule on crie bravo. 2 points sont pris dans cette mène. 10 à 4


La dernière ?

Tout le monde pense alors que la 9è est la mène de la gagne pour Foyot. Mais l’équipe de Martinez se défend. De très belles boules pour Pizzo, beaux carreaux pour José Santiago. Le score remonte 10 à 5. Il y aura donc une 10 è mène. Les deux admiratrices de Marco Foyot sont toujours là. Elles vont pouvoir faire un album complet.  C’est Pizzo qui lance, très belle boule, puis Marco le crucifie avec un beau biberon. José santiago rate son premier tir, réussi son second. L’équipe foyot réfléchit une nouvelle fois à la tactique. Moineau encourage Foyot. Allez vieux ! Mais elle est trop courte. Chris Helfrick  puis Pizzo se succèdent. Il reste 2 boules dans chaque équipe. L’équipe de foyot tient avec 2 points. Michel Martinez rentre. Moineau rate son tir. Et un point de plus pour l’équipe Martinez … Le score à la fin de cette 10è mène est de 10 à 6. Tout est encore possible.


La mène de la fin

On sent malgré tout que la pression monte. Et que la fatigue elle aussi abime les organismes. La triplette Martinez commence un peu à perdre son sang-froid. Ca serait dommage de laisser filer ainsi les quarts. Mais dans le public on a compris que Foyot va gagner. Les spectateurs commencent même à partir. Un papy lance à a son voisin :
Viens on va voir les femmes on sera à l’ombre
Et ils ont bien raison ces deux-là. En quelques minutes la 11è mène se termine. Et Marco Foyot crucifie les débutants par un dernier beau point.
13 à 6. Les admiratrices sont au bord du malaise. Leur héros a encore gagné.

►Vivez le mondial à pétanque 2018 sur paca.france3.fr

Sur le même sujet

Expédition au large de l'Amazone

Les + Lus