EN IMAGES. Mort de Jean-Claude Gaudin : politique, religion, condamnation… Sa carrière en 10 dates clés

L'ancien maire de Marseille Jean-Claude Gaudin est mort ce lundi 20 mai à l'âge de 84 ans. Avec 120 années de mandat cumulées, c'était une figure de la politique marseillaise.

L'emblématique Jean-Claude Gaudin est mort. Maire de Marseille pendant 25 ans, conseiller général, sénateur, député, président de l'UMP, président de la Métropole Aix-Marseille-Provence… L'homme politique était une figure incontournable de la politique marseillaise. Voici dix moments forts de sa longue carrière.

1965, sa première élection au conseil municipal

C'est en 1965 que la carrière politique de Jean-Claude Gaudin débute. Alors âgé de 25 ans, il entre au conseil municipal de Marseille. Il en devient alors le benjamin. Jean-Claude Gaudin est élu sous l'étiquette du Centre national des indépendants et paysan, sur la liste socialo-centriste menée par Gaston Defferre.

1983, son duel mémorable avec Gaston Defferre

Un débat qui reste gravé dans les mémoires. Jean-claude Gaudin s'oppose à Gaston Defferre, alors maire de la cité phocéenne et ministre de l'Intérieur, lors de la campagne électorale de 1983. Le duel est filmé par France 3, et marqué par de cinglantes répliques au sujet de la sécurité.

"C'est marrant parce que monsieur Defferre, sans arrêt dans son journal, essaie de dire : 'mais regardez donc Gaudin, il est bon candidat, il est rond, il est frais, il sert bien les mains, mais regardez-le ! Il ne sera pas capable de diriger la ville de Marseille'', avait déclaré Jean-Claude Gaudin. "Il faut une vue qui domine la situation, quand je regarde le programme de monsieur Gaudin, je crains qu'il ne l'ait pas", avait alors rétorqué Gaston Defferre.

1986, son élection à la présidence de la région Paca

En 1986, Jean-Claude Gaudin devient le premier président de la région Paca, élu au suffrage universel. Il l'emporte avec l'aide du Front national. La stratégie l'emporte sur les convictions. "Je suis élu avec les seules voix de mes amis", réagit alors le Mazarguais.

La gauche perd ainsi la tête du conseil régional, qu'elle détenait depuis sa création, en 1974 avec Gaston Defferre, puis avec Michel Pezet, qui lui avait succédé en 1981. Pour Jean-Claude Gaudin, c'est une revanche, après son échec aux municipales de 1983.

1989, son élection au Sénat

En septembre 1989, Jean-Claude Gaudin est élu sénateur des Bouches-du-Rhône. "Ici, je suis un jeune sénateur, je suis discipliné, et j'attends de voir comment les choses vont s'organiser, déclare-t-il. J'ai bien entendu au fond de mon cœur ma préférence."

Sa carrière de sénateur s'interrompt de 1995 à 1997, lorsqu'il accède au gouvernement en tant que ministre de l'Aménagement du territoire, de la Ville et de l'Intégration. Il est réélu au Sénat en 1998, jusqu'en 2017.

1995, sa première élection à la mairie de Marseille

Le 18 juin 1995, c'est la consécration pour Jean-Claude Gaudin. Après deux échecs, en 1983 face à Gaston Defferre, et 1989 face à Robert Vigouroux, il accède enfin à la place tant convoitée de maire de Marseille, après avoir conduit une liste UDF-RPR. Renaud Muselier devient alors son premier adjoint.

1995, son entrée au gouvernement d'Alain Juppé 2

Le 7 novembre 1995, Jean-Claude Gaudin entre au gouvernement Alain Juppé 2 et devient ministre de l'Aménagement du territoire, de la Ville et de l'Intégration. Il est notamment à l'origine du projet de loi d'intégration urbaine.

"Il y a une partie émotionnelle au moment où l'on pénètre dans l'Élysée et où on va savoir à la table du conseil des ministres, mais la personnalité du président de la République (Jacques Chirac, ndlr) est ainsi faite, qu'immédiatement, il met tout le monde à l'aise", avait-il déclaré, plus tard, dans une interview pour France 2. 

Il cesse ses fonctions ministérielles en 1997 avec la cohabitation, la dissolution de l'Assemblée nationale, la démission d'Alain Juppé et la nomination de Lionel Jospin à la tête du gouvernement. 

2015, son élection à la présidence de la métropole Aix-Marseille-Provence

Le 

2018, le drame de la rue d'Aubagne

Le 5 novembre 2018, deux immeubles s'écroulent rue d'Aubagne, à Marseille. Un bilan très lourd fait la Une de l'actualité : huit morts, pleurés par des Marseillais qui dénoncent alors le mal-logement dans la cité gérée par Jean-Claude Gaudin. Une marche blanche rassemble 8 000 habitants en hommage aux victimes de la catastrophe. Le défilé s'achève dans la colère, sous les fenêtres de l'Hôtel de ville, aux cris de "Gaudin assassin ! Gaudin démission !".

"Nous sommes tous effondrés par ce qui s'est passé, réagit-il alors. (...) Je ne fais pas tout bien, j'en suis sûr, mais je suis là et je reste là". "Le drame de la rue d'Aubagne me hante tous les jours", témoigne-t-il trois ans plus tard, en 2021, dans une interview pour RTL.

2022, sa condamnation pour détournement de fonds publics

Le mardi 22 mars 2022, Jean-Claude Gaudin, est condamné à six mois de prison avec sursis pour "détournement de fonds publics par négligence", après avoir tardé à mettre un terme à un système généralisé d'heures supplémentaires indument accordées aux agents municipaux, sans travail effectif.

Alors qu'il est à la tête de la cité phocéenne, quelque 800 agents ont été payés pour des heures supplémentaires qu'ils n'ont pas effectuées. La justice soupçonnait l'ancien élu d'avoir été négligent dans le respect de la loi. Après avoir nié les faits, il avait finalement choisi de plaider coupable.

2023, sa rencontre avec le pape François

En septembre 2023, le pape François visite la cité phocéenne et donne une messe géante au stade Vélodrome. Jean-Claude Gaudin, profond croyant qui n'a jamais caché sa foi, est présent, et rencontre le souverain pontife. 

Jean-Claude Gaudin a alors 83 ans et marche avec peine. Il suit la visite papale aux côtés du maire de Marseille, son successeur, Benoît Payan. "J'ai tant et tant écrit au Vatican, tant demandé au pape, lorsque je l'ai rencontré à Rome, ainsi qu'à ses représentants en France, qu'il vienne à Marseille…, raconte-t-il dans un entretien accordé au Point. Sa venue est pour moi un événement considérable. Je n'ai jamais caché ma proximité avec le clergé catholique".

L'actualité "Politique" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
L'actualité "Politique" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
choisir une région
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité