Municipales 2020 à Marseille : les adversaires de Martine Vassal dénoncent les tracts insultants qui la visent

Plusieurs candidats aux élections municipales à Marseille dénoncent le "climat délétère" de la campagne. Martine Vassal, tête de liste d'Une volonté pour Marseille (LR) a été visée par des tracts insultants concernant son fils et la ciblant en tant que mère.
 

Martine Vassal, tête de liste (LR) d'Une volonté pour Marseille, en vue des élections municipales de 2020.
Martine Vassal, tête de liste (LR) d'Une volonté pour Marseille, en vue des élections municipales de 2020. © VALLAURI Nicolas / Maxppp
A deux semaines du premier tour des élections municipales, le climat se tend à Marseille.  Dans les 8e et 11e arrondissements, peut-être au-delà, des tracts anonyme intitulés "Stoppez Vassal" ont été distribués dans les boîtes aux lettres. Ils la mettent en cause en tant que mère et évoquent les condamnations judiciaires de son fils.

Jeudi matin, les têtes de liste d'"Une volonté pour Marseille", ont tenu un point presse pour dénoncer ces agissements. "On s’en prend aux enfants et à la mère de famille. Il faut dire stop !", a réagi Valerie Boyer.


"Un Climat délétère"

Sur Twitter, la classe politique marseillaise s'est quasi unanimement prononcée contre ces tracts, y compris les adversaires de Martine Vassal aux élections municipales.
"Je condamne avec fermeté les méthodes consistant à attaquer de façon personnelle des candidats aux élections Municipales2020 à Marseille. La vie privée, comme la santé, sont des choses trop précieuses pour être abimées par des polémiques nauséabondes. J’en sais quelque chose.", a déclaré le candidat DVD Bruno Gilles.

Dans le journal 20 minutes, il a par ailleurs estimé que le jet d'un cocktail Molotov au sein du centre d'animation de la mairie des 4e et 5e arrondissements étaient lié à la campagne des municipales, et a dénoncé le "climat délétère qui gangrène ses élections".


Jet de cocktail Molotov

A son tour, la candidate Samia Ghali a réagi sur le réseau social : "Alors que Martine Vassal est la cible d’attaques personnelles touchant sa famille et sa vie privée, je tiens à lui apporter mon soutien de mère et de femme. Le débat politique n’autorise pas tout Cette campagne prend un tour délétère qui éloigne un peu plus les citoyens des urnes. Les Marseillais ne demandent qu’une chose, pouvoir faire leur choix en conscience et sur des propositions claires. L’avenir de Marseille doit appeler chacun à la responsabilité et à la dignité."

Pour Yvon Berland, candidat LREM , "MartineVassal est une adversaire politique. Cependant, rien ne justifie dans le cadre des élections municipales l’atteinte à la vie privée et familiale des candidats. Respectons le débat d’idées et évitons les attaques abjectes."

Le Printemps marseillais a réagi par la voix de Benoît Payan : "Les méthodes de factieux qui visent à atteindre un candidat en s’en prenant à sa famille me font vomir. Marseille souffre de ces médiocres, de ces minables pour qui tout est permis. Les marseillais méritent mieux que cette campagne."

"Il y a beaucoup, mais alors beaucoup de choses à reprocher à Martine Vassal et à ses équipes, a déclaré Cédric Dudieuzere, candidat sur la liste portée par le RN. Mais la vie privée, c’est la ligne jaune à ne jamais franchir. Une plainte aurait été déposée par l'équipe de campagne de Martine Vassal."

Une plainte aurait été déposée par l'équipe de campagne de Martine Vassal.

 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
élections municipales 2020 politique élections