Mutilations dentaires : les dentistes Guedj à Marseille, père et fils font appel de leurs condamnations

Publié le
Écrit par Sidonie Canetto .

Les anciens dentistes Lionel Guedj et son père ont fait appel de leurs condamnations à des peines de prison ferme.

Le tribunal correctionnel de Marseille avait condamné Lionel Guedj le principal accusé à huit ans de prison pour avoir dévitalisé les dents de plus de 300 patients et s'être enrichi sur le dos de la sécurité sociale et des mutuelles. Le ministère public avait requis la peine maximale de 10 ans de réclusion.

Son père, Jean-Claude écopait de cinq de prison. Avec mandat de dépôt immédiat.

Les deux dentistes ont décidé de faire appel de ses condamnations.

"Des parties civiles ayant commencé de leur côté à faire appel nous avons fait le choix d'un appel sur les dispositions civiles du jugement", a précisé à l'AFP Me Frédéric Monneret, avocat de Lionel Guedj.

La justice leur reproche de s'être enrichis au détriment de la santé de leurs patients et au préjudice de la sécurité sociale. Jean-Claude Guedj et Lionel, le fils, ont comparu du 28 février au 5 avril dernier. 

  • Qui sont les docteurs Guedj ?

Lionel Guedj, 42 ans, et son père Carnot, 70 ans sont tous deux chirurgiens-dentistes. Dans leur cabinet installé dans les quartiers nord de Marseille, ils auraient escroqué la Sécurité sociale et plusieurs mutuelles en effectuant des soins inutiles sur des patients, jusqu'à les mutiler. 

Entre 2006 et 2012, Lionel Guedj aurait dévitalisé 3.900 dents saines sur 327 patients, sans aucune justification thérapeutique dans le but de poser des bridges rémunérateurs.

La Sécurité sociale affirme que le praticien aurait posé 28 fois plus de prothèses que la moyenne des dentistes français.

En 2010, il est ainsi devenu le chirurgien-dentiste le mieux rémunéré de l'hexagone, gagnant jusqu'à 2,9 millions d'euros avec les honoraires.

  • Que leur reproche la justice ? 

327 patients auraient subi les pratiques peu scrupuleuses de ce dentiste dicté par l'appât du gain. La plupart de ces victimes sont pauvres et résident dans les quartiers nord de la cité phocéenne.

Elles étaient venues dans le cabinet médical de Saint-Antoine pour de simples caries, elles sont ressorties avec une ou plusieurs dents dévitalisées.

Au cours du procès qui s'est tenu du 28 février au 5 avril, les victimes sont venues témoigner à la barre. Elles ont décrit le calvaire qu'elles ont vécu et les conséquences des opérations de ces anciens professionnels de santé.

Elles sont revenues sur leurs douleurs insupportables, les abcès, les kystes, leur bouche noire et les prothèses qui ne tiennent pas.

Certaines victimes affirment que les Guedj ont brisé leur vie, qu'elles ont aujourd'hui perdu toutes leurs dents, devant vivre uniquement avec des implants. Plusieurs parlent de "honte" et de "culpabilité" de s'être fait avoir. D'autres ont le sentiment même "d'être violée" par ces deux hommes.

  • Quel est le montant du préjudice subi ? 

Le préjudice s'élèverait à près de 1,7 million d'euros pour la Sécurité sociale.

Concernant les victimes, le montant de certains actes de réparation se chiffre à plusieurs milliers d'euros.

Une enquête a établi que Lionel Guedj se serait bâti une fortune sur le dos des 327 patients, lui permettant d'acquérir des voitures de luxe, un yacht de 15 mètres et un patrimoine immobilier de 9,5 millions d'euros. Avant même le verdict du procès, plusieurs de ses biens lui ont déjà été confisqués par la justice.

Les deux anciens dentistes sont à l'isolement depuis leur placement sous mandat de dépôt le 8 septembre.

Avec AFP

Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer des newsletters. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas des e-mails. Notre politique de confidentialité