Arkadiusz Milik à OM : retour sur quatre recrues qui n'ont pas tenu leurs promesses

L'OM tient son nouveau buteur. L'attaquant polonais Arkadiusz Milik, 26 ans, est prêté pour 18 mois avec option d'achat. Est-ce enfin le joueur tant attendu qui remettra le club dans la dynamique de la victoire ? Retour sur quatre recrues marseillaises n'ont pas tenu leur promesses.

Milik fera-t-il mieux que les recrues qui l'ont précédé depuis 2017 ?
Milik fera-t-il mieux que les recrues qui l'ont précédé depuis 2017 ? © SPEICH Frederic/MaxPPP

"Un Polonais à l'accent italien débarque à Marseille", annonce l'OM sur les réseaux sociaux. Naples prête le jeune joueur pour 18 mois avec une option d'achat de 8 millions d'euros plus 4 millions de bonus selon divers médias.

Arkadiusz Milik, qui a inscrit près de 50 buts en quatre saisons sous le maillot napolitain, est-il le buteur qui sortira l'OM de sa mauvaise passe ? Retour sur quatre recrutements qui ont eux aussi soulevé bien des espoirs... déçus. 

Archétype du "panic-buy", un achat de dernière minute avant la fin du mercato, le Grec a fait des débuts laborieux sous le maillot de l'OM, malgré l'aide de Payet, avec lequel l'entente était assez bonne sur le terrain.

La suite a été pire. Une performance moyenne en championnat (12 buts en 33 matches) et catastrophique en Europe (12 matches et pas un seul but)

Après un an seulement, le maladroit Mitroglou a été prêté sans succès à Galatasaray puis au PSV Eindhoven. Revenu cette saison à Marseille, il ne fait pas partie du groupe, avec lequel il s'entraîne toutefois de temps en temps. Son salaire, lui, continue à peser lourdement. 

Germain venait d'être champion de France avec Monaco quand il est arrivé à Marseille. Mais sa trajectoire a été  descendante.

Alors que sa première saison est acceptable (18 buts toutes compétitions confondues), mais elle se conclut par une énorme occasion manquée en début de finale de Ligue Europa contre l'Atlético Madrid, alors que le score était encore de 0-0. Le match finira par une défaite 3-0 et la suite du parcours marseillais de Germain sera sans aucun éclat.

"C'était un rêve de jouer à l'OM et j'ai marqué des buts importants. Je n'oublie pas les difficultés. J'aimerais avoir fait mieux, mais c'est mon histoire à l'OM." Comme Mitroglou, Germain sera en fin de contrat à la fin de la saison.

 Cinq mois, 15 matches, huit buts. Le passage marseillais de "Super Mario" est éphémère. L'Italien avait déjà inscrit sept buts après neuf matches, pour des débuts rêvés avec l'OM, et à l'image de sa carrière en dents de scie, la suite a été bien moins convaincante. 

 Au bout du compte, son salaire était bien trop astronomique pour un joueur aussi peu mobile et aussi peu impliqué. Alors Balotelli est reparti aussi vite qu'il était arrivé.

Lundi en conférence de presse, même André Villas-Boas a dû reconnaître que la crise de confiance de l'attaquant argentin atteignait des niveaux inquiétants : "C'est vrai qu'il abuse un peu avec les ratés devant le but".

 Arrivé en début de saison dernière, "Pipa" était pourtant le premier choix de l'entraîneur portugais, séduit pas son passage à Boca Juniors. La venue de l'Argentin a suscité quelques doutes, liés à une grave blessure à un genou et à sa totale inexpérience du football européen.

Mais les débuts ont été spectaculaires, avec quatre buts lors des trois premiers matches, et sa première saison marseillaise a été correcte (11 buts en 26 matches de championnat).

Cette année en revanche, l'Argentin est loin du compte avec seulement quatre buts et des prestations parfois fantomatiques. Sur ses 15 buts marseillais, un tiers ont été inscrits face à Nîmes.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
om football sport