"On attaque notre culture provençale", réactions à l'évincement du petit-fils de Marcel Pagnol du château de la Buzine, le "Château de ma mère"

La Ville de Marseille décide de confier la gestion du "Chateau de ma mère" au centre de la Culture Ouvrière, écartant ainsi le petit-fils de Marcel Pagnol. Les réactions politiques fusent.

Le château de la Buzine, célèbre pour le roman autobiographique de Marcel Pagnol "le Château de ma mère", n'est plus géré par le petit-fils du célèbre écrivain. La Ville de Marseille décide de ne pas reconduire l'association du Château de la Buzine, présidée par Nicolas Pagnol. "La Ville de Marseille a décidé de confier la gestion du lieu au Centre de la Culturel Ouvrière (CCO)", annonce un communiqué de la mairie des 11 et 12e arrondissements de Marseille, jeudi 15 juin 2023, confirmant une information d'abord parue dans les colonnes du Figaro. Une nouvelle qui provoque une multitude de réactions sur les réseaux sociaux et à travers des communiqués de presse, surtout de la part de la droite et de l'extrême droite. Sur les réseaux sociaux, le petit-fils de Marcel Pagnol lance une pétition.

Nicolas Pagnol gérait depuis 2004 l'œuvre de son grand-père.

Le maire des 11e et 12e arrondissements condamne cette décision

Sylvain Souvestre, maire des 11 et 12e arrondissements de Marseille, condamne fermement la décision de la municipalité.

"Par ce choix purement dogmatique et idéologique, le maire de Marseille méprise totalement l'histoire de ce lieu emblématique de la culture provençale, cher à la famille de l'auteur Marcel Pagnol dont le petit-fils, Nicolas, avait jusqu'ici la gestion. Pire, il fait le choix d'y installer un appareil politique, une officine d'extrême gauche sous la forme associative".

Sylvain Souvestre, maire (LR) des 11 et 12e arrondissements de Marseille

Le maire des 11 et 12e arrondissements de Marseille précise que le château de la Buzine "proposait dans sa programmation des expositions culturelles de grande qualité, des conférences-débats, des séances de cinéma dédiées aux enfants... Qu'en sera-t-il dans quelques mois ?".

Il évoque "la main mise" du Printemps Marseillais sur "notre patrimoine", "pour y distiller sa pensée dogmatique et ses idées politiques". Et de reprendre : "de plus, l’exclusion de Nicolas Pagnol aura certainement pour conséquence la perte d’autorisation de l’usage du nom "Marcel Pagnol", "château de ma mère" et de tout lien historique avec les valeurs et traditions provençales qui sont chères au maire de secteur, et qui sont chères à l’ensemble des Marseillaises et Marseillais férus de notre histoire".

Deux élus de la Région dénoncent 

"On attaque notre culture provençale !" Ainsi commence un communiqué de presse de la Région Provence-Alpes-Côte d'Azur, rapportant les réactions d'Isabelle Campagnola-Savon et de Michel Bissière, deux conseillers régionaux.

"Ce château a une histoire et ceux qui la connaissent le mieux, qui se battent pour faire vivre ce patrimoine, sont méprisés et maltraités. Nous condamnons le traitement infligé dans ce dossier à Nicolas Pagnol".

Campagnola-Savon et Michel Bissière, conseillers régionaux Paca

"Après le Théâtre Toursky, l’Espace Julien, maintenant le Château de la Buzine : quelle est la vision de la Ville sur le plan culturel ? Uniquement remplacer ceux qui ne plaisent pas au Printemps Marseillais ?", s'interrogent les deux élus.

La Ville de Marseille évoque "des allégations mensongères"

C'est bien la candidature, du centre de Culture Ouvrière (CCO), "association d'éducation populaire issue des milieux chrétiens et ouvriers, apartisane et asyndicale" qui "sera proposée au vote du prochain conseil municipal du 30 juin 2023 pour assurer la gestion et l’animation du Château de la Buzine", indique la Ville de Marseille.

Dans un communiqué de presse, l'adjoint au maire de Marseille en charge de la culture, Jean-Marc Coppola assure : “comme je l’ai rappelé à Nicolas Pagnol, la Ville de Marseille est pleinement attachée au patrimoine de Marcel Pagnol. Je l’ai d’ailleurs invité à prendre toute sa place dans les futurs événements et propositions au public du Château de la Buzine. Je démens clairement toute volonté de notre part de changer l’objet du Château de la Buzine, héritage de Marcel Pagnol”.

"Face aux allégations mensongères, la Ville de Marseille tient à rétablir les faits suivants : dans le cadre du renouvellement de la délégation de service public du Château de la Buzine, la Ville de Marseille a mis en œuvre la procédure légale de mise en concurrence, définie par le Code général des collectivités territoriales et le Code de la commande publique", commence le communiqué. Il précise qu'une commission de délégation de service public s'est réunie à plusieurs reprises "pour mener à bien cette procédure".

"Cette candidature répond aux critères définis dans le cadre du cahier des charges : assurer la programmation d'une salle de cinéma répondant aux labels Patrimoine et Répertoire, Arts et Essai, ainsi que Jeunes publics; assurer une programmation culturelle et artistique pluridisciplinaire (expositions, programmation culturelle...) et assurer un programme d'éducation artistique et culturelle, en temps scolaire comme extra-scolaire, en priorité pour les enfants de 3 à 12 ans; entretenir et préserver le patrimoine bâti du château".

Mairie de Marseille

"Dans le cadre de ce renouvellement de délégation de service public, la Ville de Marseille a assuré à la famille Pagnol que le patrimoine de Marcel Pagnol serait préservé et que toute la place serait donnée à son œuvre dans ce lieu", indique la Ville de Marseille. Et de rappeler : "le Château de la Buzine est un symbole provençal de l'œuvre de Marcel Pagnol, qui a gravé dans l’histoire et la littérature nos traditions et une partie de l’identité de Marseille".