Photos. Plongez à la découverte de la grotte Cosquer avant sa reconstitution à Marseille

La grotte Cosquer, inaccessible au public, bientôt à la Villa Méditerranée. / © DRAC PACA - Luc Vanrell
La grotte Cosquer, inaccessible au public, bientôt à la Villa Méditerranée. / © DRAC PACA - Luc Vanrell

Pour visiter la grotte Cosquer, plus besoin d'être un expert en plongée sous-marine. Une société spécialisée va être prochainement choisie pour reconstruire à l'identique le site archéologique. Il devrait s'installer à la Villa Méditerranée à Marseille.

Par Ludovic Moreau, Jean Poustis

Les peintures de pingouins, de chevaux, de phoques, de mains, mais également différentes gravures d'animaux terrestres ou marins de la grotte Cosquer à Marseille vous seront bientôt accessibles.

Pour la visiter, plus besoin d'être expert en plongée sous-marine. Une société spécialisée va être prochainement choisie pour reconstruire à l'identique le site archéologique, à la Villa Méditerranée. L'inestimable richesse paléolithique de la grotte sera visible à Marseille.

Une entrée à 37 mètres de fond

Découverte en 1985 par le scaphandrier Henri Cosquer, la grotte, située au Cap Morgiou à Marseille, a été déclarée le 3 septembre 1991. Elle est accessible par un tunnel long de 171 mètres dont l'entrée est à 37 mètres de fond.

Unique au monde, cette grotte sous-marine abrite plusieurs centaines d'oeuvres peintes et gravées, il y a environ 27 000 et 19 000 ans. 

A l'époque, sa découverte avait fait la une des médias.

Une grotte à l'accès restreint

Après la mort accidentelle de trois plongeurs dans le couloir d'accès le 1er septembre 1991, elle a été fermée. Aujourd'hui, elle n'est accessible qu'exceptionnellement pour des chercheurs.

Depuis 2015, un portail en acier inox de près de 800 kg interdit l'accès de la cavité, classée monument historique. 
© DRAC PACA - SRA, Luc Vanrell
© DRAC PACA - SRA, Luc Vanrell

Les oeuvres en péril à cause de la montée des eaux

Depuis octobre 2017, des scientifiques, archéologues et experts accèdent à la grotte pour préparer un travail de sauvegarde. Chaque pan de rochers est méticuleusement numérisé pour constituer un fond photographique. Il permettra de reconstituer fidèlement la grotte et aussi d'en garder une trace.

La montée des eaux, accélérée par le réchauffement climatique, met en péril ses oeuvres datant du paléolithique. 

"Des oeuvres sont proches du niveau de la mer. Les peintures de chevaux sont déjà impactées", indique Luc Vanrell, directeur d'Immadras. D'autres gravures et peintures, placées plus haut dans la grotte, ne sont pas menacées.
© DRAC PACA - SRA, Luc Vanrell
© DRAC PACA - SRA, Luc Vanrell

20 000 ans d'histoire et des microplastiques

"Il y a de grosses contraintes liées à l'environnement. Nous fonctionnons dans le noir absolu, nous devons mettre des stations de scanner tous les 50 centimètres. Et surtout, il y a des microplastiques sur les zones atteintes par la mer", explique Luc Vanrell.

Ces micro-déchets viennent "polluer" visuellement les oeuvres et peuvent empêcher une reconstitution à l'identique. Des relevés sont réalisés deux à trois fois par semaine en fonction de la météo.
© DRAC PACA - SRA, Luc Vanrell
© DRAC PACA - SRA, Luc Vanrell

Une ouverture de la Villa Méditerranée en juin 2022

La réplique de la grotte Cosquer intégrera la Villa Méditerranée au sein d'un centre d'interprétation de haute qualité culturelle et scientifique, a annoncé mardi la région Provence-Alpes Cote d'Azur. 

L'entreprise délégataire chargée de réaliser la réplique cette grotte puis de l'exploiter, dans le cadre d'une concession de 25 ans, sera désignée par le conseil régional en assemblée pléniaire le 16 octobre.

L'ouverture au public est prévue en juin 2022.
 

A lire aussi

Sur le même sujet

Expédition au large de l'Amazone

Les + Lus