Pluies chargées de poussières du Sahara : quels risques (et bienfaits) pour vos plantes et votre jardin ?

Les poussières du Sahara sont de retour ce samedi 6 juillet dans le Sud de la France, souvent accompagnées d’averses salissantes pour les plantes, les voitures et les jardins. Quels risques et comment nettoyer votre jardin ? France 3 Provence-Alpes fait le point.

Ce 6 juillet, c'est le quatrième samedi en cinq semaines que les pluies chargées de poussières du Sahara recouvrent les plantes, les voitures et les piscines, remarque Paul Marquis, météorologue, sur le réseau social X (ex-Twitter). “On ne l'explique pas vraiment pour le moment, dit-il. Mais ces épisodes auraient doublé en 30 ans selon une récente étude, sans doute en lien avec le changement climatique.” Selon lui, de nouvelles pluies de ce type pourraient tomber les 13 et 14 juillet. Chaque semaine, ces averses chargées de sable salissent tout sur leur passage.  

Quel est le risque pour les plantes ?  

Les poussières du Sahara, concentrées dans l’atmosphère, peuvent représenter un risque pour la santé, notamment des troubles respiratoires. Récemment, la région Provence-Alpes-Côte d’Azur a connu un épisode de vigilance lié à cette pollution aux particules fines concentrées dans l’atmosphère, un jour où le vent ne suffisait pas à les disperser. 

Mais pour les plantes, c’est une autre affaire. Selon Virginie, responsable de rayon à la jardinerie Delbard à Marseille, les boues qui tâchent les plantes actuellement ne présentent pas de risque d’asphyxie ou de maladie. 

“On perturbe davantage l’écosystème en implantant des végétaux non-endémiques chez nous que cette pluie”, insiste un autre pépiniériste implanté près de Marseille. 

Cependant, comme les poussières du Sahara arrivent avec le sirocco, un vent chaud venu du Sud, c’est la chaleur et le vent qui peuvent provoquer un stress hydrique important, précise Sébastien, pépiniériste à la pépinière Roubaud à Marseille. Les plantes se dessèchent d’un seul coup et demandent une attention particulière, voire un apport d’engrais dans des cas spécifiques.  

Comme le souligne le quotidien La Provence, le sirocco peut aussi amener des maladies. C’est le cas des chenilles noctuelles,qui menacent la récolte de lavande sur le plateau d’Albion et à Valensole (Alpes-de-Haute-Provence).  

Des sables bienfaiteurs 

Contre toute attente, les sables du Sahara peuvent être bénéfiques pour les plantes et les jardins. “Les fragments minéraux qui composent le panache de poussière du Sahara sont souvent riches en fer et en phosphore. Les plantes terrestres et les phytoplanctons ont tous deux besoin de ces nutriments pour se développer”, précise un article du magazine National Geographic. 

Comment bien nettoyer cette poussière ? 

Malgré ses bienfaits, la poussière du Sahara est peu esthétique. Les pépiniéristes interrogés conseillent de nettoyer en plusieurs fois au jet d’eau. 

Et si c’est nécessaire, le passage d’un chiffon humide sur chaque feuille viendra à bout de la boue. 

 

L'actualité "Météo" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
choisir une région
Provence-Alpes-Côte d'Azur
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité