“Ma famille, c’était mes deux mères” : PMA pour toutes, 2ème round au Sénat et dans les conversations...

A Marseille (Bouches-du-Rhône), le témoignage de Lison, née par procréation médicalement assistée avec donneur anonyme, il y a 25 ans. / © Nicolas Debru/FTV
A Marseille (Bouches-du-Rhône), le témoignage de Lison, née par procréation médicalement assistée avec donneur anonyme, il y a 25 ans. / © Nicolas Debru/FTV

Lison est née par procréation médicalement assistée avec donneur anonyme, il y a 25 ans... Aujourd’hui, elle tient à témoigner pour montrer qu’elle est une femme équilibrée, et épanouie, alors que s'ouvre au Sénat le débat sur le texte de révision des lois de bioéthique. 

Par Anne-Corinne Moraine, GB.

Ses deux mamans étaient des pionnières. "J’ai appris très tôt la différence entre père et géniteur, cela n’a donc jamais été un problème pour moi". Quand elle raconte son parcours de vie, la voix de Lison est posée, son ton serein.

"Comme ma mère me disait que beaucoup de donneurs étaient médecins, je racontais à mes copines que mon géniteur était probablement médecin. Et elles pensaient que mon père était médecin en Belgique. Cela correspondait à un schéma qu’elles avaient envie d’entendre, donc je ne les corrigeais pas," explique la jeune femme aujourd'hui âgée de 25 ans. 

Elevée à Paris,  Lison vit aujourd’hui à Marseille. Elle y prépare une thèse en sociologie. Elle témoigne, alos que le Sénat entame l'examen du projet de loi bioéthique.

Après une grande manifestation contre la PMA pour toutes les femmes, les débats s'annoncent nourris sur cette mesure phare, mais aussi sur la question de la filiation ou le champ de la recherche.

Ma famille, c’était mes deux mères.

Pour la jeune femme, l’absence de père n’a jamais généré de manque, ou de frustration : "Ma famille, c’était mes deux mères". C'est sa maman Véronique qui l’a portée et lui a donné naissance. Brigitte, est considérée comme sa mère dite "sociale".

Pour la concevoir, elles sont allées dans une clinique en Belgique, un des pays européens précurseurs en matière de procréation médicalement assistée. Les cliniques acceptent les couples de femmes, depuis les années 80.

Et depuis 2007, la PMA est officiellement ouverte à toutes les femmes comme dans 9 autres pays européens.

Une mère sociale sans droit de regard

Ce qui a perturbé l’existence de Lison, c’est l’absence de filiation avec sa mère dite"sociale".

"Mes mères se sont séparées quand j’avais quelques mois. Et chacune est restée avec son enfant. J’ai toujours vécu avec Véronique, ma mère biologique. Et Brigitte, ma mère non biologique, avec l’enfant qu’elle avait eu auparavant."

"Mes deux mères n’avaient aucune possibilité légale de me faire reconnaitre comme l’enfant de ma mère sociale, car seule la mère biologique peut être inscrite sur l’acte de naissance", détaille Lison

De fait, après leur séparation, Véronique était la seule responsable légale. Et Brigitte n’avait aucun titre de mère, et donc aucun droit sur Lison.

Depuis l’adoption du mariage pour tous, en mai 2013, la maman non biologique peut adopter l’enfant de sa compagne qui a porté l’enfant, et devient parent à part entière. Une loi dont Lison n’a donc pas profité…

Quand j’étais enfant, j’avais en fait quatre parents.

Après des années de réflexion, Lison regrette cette situation injuste et frustrante. "Quand j’étais enfant, j’avais en fait quatre parents. Car mes deux mères avaient refait leur vie. Leurs compagnes respectives jouaient un rôle dans mon éducation"

Mais Lison ne s’est jamais reconnue dans ce schéma hétéro-normé. "La question de la place de ma mère sociale était déjà compliquée. La place de mes belles-mères l’était encore plus…".

"Si elles avaient été, toutes les deux, reconnues comme mères, on aurait été dans un schéma classique de famille recomposée. Mais c’était impossible, car notre famille nucléaire n’était pas reconnue". 

Pour autant, Lison vit une enfance heureuse avec ses mères et "belles-mères ", "dans ma tête de petite fille, tout allait bien". 
Paris, janvier 2013, plus de 100.000 personnes manifestent pour le passage au parlement du mariage pour tous et de l'accès à l'adoption et à la PMA pour les couples homosexuels. / © Smail Azri / MaxPPP
Paris, janvier 2013, plus de 100.000 personnes manifestent pour le passage au parlement du mariage pour tous et de l'accès à l'adoption et à la PMA pour les couples homosexuels. / © Smail Azri / MaxPPP

Engagée lors du débat pour le mariage pour toutes

A 19 ans, lors des manifs pour le "mariage pour tous ", Lison participe au débat public et prend position. Elle s’insurge contre le fait que la société, l’Etat, ne reconnaissent pas les mères non biologiques. Et elle ne comprend pas qu’on lui pose des questions "insensées " .

"Pendant le débat, j’ai été choquée d’entendre des experts s’interroger sur l’état psychologique des enfants nés par PMA au sein de couples de femmes. Des experts qui essayaient de savoir si nous étions bien des enfants normaux…".

Depuis, des études scientifiques réalisées aux Etats Unis et en Europe ont affirmé que les enfants nés de PMA, élevés dans des familles homoparentales, se développaient comme les autres.

On est dans un schéma hétéro-normé. On n’en veut pas à un couple hétéro de se planter, pas l'inverse !

"C’est déjà dur d’avoir deux mères séparées. Mais en plus, pour la société, il faudrait que les couples lesbiens soient parfaits !", s'agace Lison. La jeune femme fait part de cette "pression de la normalité" qui pèse sur elle.

"On est dans un schéma hétéro-normé. On cherche à savoir ce que cela fait d’être sans père, et donc ce qui ne va pas…", explique-t-elle. "Il faudrait que mes mères soient toujours ensemble, mariées, et qu’elles aient fait la démarche de me faire reconnaître par ma mère non biologique !"

Et quand la jeune femme explique que tout ne s’est pas passé dans les règles de l’art, elle reçoit des regards presque réprobateurs : "Mais on n’en veut pas à un couple hétéro de se planter, pas l'inverse ! Les couples homoparentaux ont aussi le droit de ne pas être parfaits !".

Et la pression ne s’arrête pas là détaille Lison. "Je dois aussi prouver que je vais bien ! Pour cela il faudrait annoncer que je suis hétérosexuelle, que j’ai fait des études et que j’ai un avenir bien tracé ; et quand je dis que je fais une thèse de sociologie, cela rassure".

La PMA, une question de justice sociale

"Pour moi, le projet de loi sur la PMA pour toutes arrive trop tard", indique Lison. La jeune femme estime qu'il s'agit avant tout d'une question de justice sociale. Actuellement, les couples de femmes qui souhaitent avoir recours à un don de sperme doivent se rendre en Belgique, aux Pays-Bas ou en Espagne.

"Mes mères faisaient partie de la classe moyenne basse. Cela leur a couté beaucoup d’argent. Et tout le monde ne peut se le permettre". Les démarches peuvent coûter jusqu'à 10.000 euros, une vraie "discrimination sociale", car tous les couples ne peuvent pas réunir une telle somme.

Levée de l’anonymat des donneurs?

Quand Lison a dix ans, à l’école, on commence à  lui poser beaucoup de questions sur sa famille. La petite fille est perturbée. "Pour mieux comprendre, pour avoir mes propres mots pour me définir,  je demande à ma mère biologique de retourner dans la clinique où j’ai été conçue".

Elles ont rendez-vous avec la même psychologue qui avait reçu les deux mamans, douze ans auparavant. "Elle me confirme les explications données par mes mères et m’explique que les donneurs sont anonymes pour être protégés. Et permettre à des enfants comme enfants comme moi d’être conçus". Dont acte. La petite fille repart rassurée…

Selon le projet de loi actuel, les futures mères devront rédiger un document officiel de "reconnaissance anticipée" de l’enfant à naître chez le notaire. 

Pour la jeune femme, c’est discriminant. "Ce sont des démarches spécifiques aux couples de lesbiennes ! Pourquoi ne pas simplement aller se déclarer parents en mairie, comme les couples hétéros ?".

De plus, cette reconnaissance anticipée sera inscrite sur l’acte de naissance, indiquant le mode de conception de l’enfant. "Là, c’est tout simplement l’apposition d’un stigmate", s’insurge Lison.

Si j’avais pu savoir, j’aurais peut-être essayé de le connaître

Aujourd’hui, Lison comprend que des enfants nés de procréation médicalement assistée aient envie de savoir qui est leur donneur.

"Si j’avais pu savoir, j’aurais peut-être essayé de le connaître, mais ce n’est pas le plus important pour moi. Le problème, c’est que dans notre société, on nous demande toujours qui est notre père. Si on acceptait que l’on peut avoir deux mamans, on nous poserait moins de questions".

Une adoption, 25 ans plus tard…

A 25 ans, Lison décide de se faire adopter par sa mère sociale, pour lui rendre justice. "Pour  Brigitte, ce n’était pas une revendication politique. Et quand j’en ai parlé avec elle, j’ai réalisé que c’était un sujet très sensible pour elle, et qu’il fallait donc le faire".

Lison souhaite que cette démarche soit acceptée par ses deux mamans. Elle s’assure que sa mère biologique ne se sente pas lésée par cette procédure d’adoption. Et c’est le cas.

Comme il s’agit d’une adoption simple, elle ne perdra pas ses droits. Pour Lison, c’est un acte de réparation primordial. "Comme ça, je pourrai rajouter le nom de famille de ma mère sociale".

Pour que cette procédure d’adoption aboutisse, il va falloir prouver que Brigitte a bien joué son rôle de mère, constituer un dossier avec  toutes les preuves possibles, des documents comme  le faire-part de naissance, et des photos. Un vrai parcours du combattant, laborieux...

La jeune femme doit aussi avoir l’accord officiel de sa mère biologique. Une fois son dossier d’adoption déposé chez le notaire, il lui faut désormais attendre au minimum huit mois pour connaitre l’avis du tribunal de grande instance.

Depuis, Lison est engagée au sein de l’association des parents gays et lesbiens. "Je veux avec mon témoignage, rassurer les parents qui ont un projet de PMA, leur dire que mes mères ne sont pas parfaites, mais que je vais très bien !".

Manifestation à Paris des anti-pma, le 19 janvier 2020, à la veille de l'examen du projet de loi sur la bioéthique au Sénat. / © Olivier Donnars / MaxPPP
Manifestation à Paris des anti-pma, le 19 janvier 2020, à la veille de l'examen du projet de loi sur la bioéthique au Sénat. / © Olivier Donnars / MaxPPP

PMA pour toutes : la bataille s'annonce rude.

Après l'Assemblée nationale, qui l'a adopté en première lecture mi-octobre, le Sénat va débattre jusqu'au 4 février du texte de révision des lois de bioéthique, troisième du genre, dans le prolongement des lois de 2004 et 2011. Le projet repartira ensuite en deuxième lecture devant les députés.

Outre les quatre corapporteurs, 16 sénateurs sont inscrits dans la discussion générale, reflétant la diversité des positionnements, qui dépassent les clivages politiques habituels.
 
"C'est un texte qui nécessite de prendre du temps", estime le président du Sénat Gérard Larcher (LR). "Nous sommes dans une assemblée très attentive à la question humaine, et on ne peut pas le traiter d'une manière qui serait approximative".

En commission, au terme d'un long débat, les sénateurs ont donné un premier feu vert à l'ouverture de la PMA à toutes les femmes, tout en réservant sa prise en charge par l'assurance maladie aux demandes fondées sur un critère médical.
 
Ils ont autorisé, sous conditions, des tests génétiques à visée généalogique, ou encore élargi, à titre expérimental et de manière strictement encadrée, l'utilisation du diagnostic préimplantatoire aux anomalies chromosomiques.

Dans l'hémicycle, la bataille s'annonce rude, et le résultat serré.
 

A lire aussi

Sur le même sujet

Les + Lus