Des policiers condamnés à deux ans de prison pour avoir frappé un lycéen à Marseille

Publié le Mis à jour le
Écrit par Annie Vergnenegre
L'agression de l'adolescent a eu lieu le soir du 20 février 2018 dans une impasse du 14e arrondissement de Marseille.
L'agression de l'adolescent a eu lieu le soir du 20 février 2018 dans une impasse du 14e arrondissement de Marseille. © France Télévisions

Deux policiers ont été condamnés ce jeudi à quatre ans de prison, dont deux ferme, pour avoir roué de coups un adolescent de 16 ans, dans une rue de Marseille un soir de février 2018.

Les policiers ont été reconnus coupables d'avoir tabassé un mineur sans raison en février 2018. 

La justice les a condamnés ce jeudi à quatre ans de prison, dont deux ferme.

Les faits s'étaient produits le 20 février 2018, dans la Traverse de la Passerelle, dans le 14e arrondissement de Marseille. Ishaq, lycéen de 16 ans originaire du Lot-et-Garonne était en vacances à Marseille chez son frère.Ce soir-là, il était sorti vers 22h30 pour acheter des cigarettes. Il était au téléphone lorsqu'une voiture de police aurait fait irruption. Les agents, un gardien de la paix et un brigadier chef, seraient alors sortis de leur véhicule et l'auraient agressé physiquement.

Un délit grave

Le tribunal correctionnel de Marseille a estimé qu'ils avaient commis un "délit grave" et qu'ils avaient "menti" en niant les faits tout au long de la procédure.

Le tribunal laisse à leur hiérarchie le soin de décider d'une éventuelle interdiction professionnelle.

Le 6 mai dernier, deux policiers ont été condamnés en comparution immédiate à Marseille à quatre ans et à 18 mois de prison pour l'arrestation illégale d'un jeune étranger, abandonné 30 km plus loin dans un terrain vague, où il affirme avoir été frappé.

En partenariat avec France 3 France Bleu et Make.org

Participez à la consultation citoyenne sur la présidentielle 2022

Faites-vous entendre ! France 3 Régions s'associe à la consultation Ma France 2022, initiée par France Bleu sur la plateforme Make.org. Le but ? Vous permettre de peser dans le débat démocratique en mettant vos idées les plus plébiscitées au centre de la campagne présidentielle.