Pollution de l'air à Marseille : fin de la circulation différenciée, dispositif “plus contraignant” la prochaine fois

Conférence de presse du préfet de région, préfet des Bouches-du-Rhône, Pierre Dartout (au centre) / © France 3 Provence-Alpes
Conférence de presse du préfet de région, préfet des Bouches-du-Rhône, Pierre Dartout (au centre) / © France 3 Provence-Alpes

Après 14 jours d'alerte à la pollution de l'air à l'ozone à Marseille, le préfet des Bouches-du-Rhône lève le dispositif de circulation différenciée et dresse un premier bilan. La prochaine fois, le dispositif sera "plus contraignant" pour ceux qui n'auront pas de vignette Crit'Air.

Par Ludovic Moreau

Après 14 jours de pollution de l'air à l'ozone, le préfet de région, préfet des Bouches-du-Rhône, Pierre Dartout, a levé l'alerte et levé le dispositif de circulation différenciée à Marseille. Ce dispositif, destiné à limiter la circulation des véhicules les plus polluants dans le centre-ville, était une première, le préfet a dressé un bilan de cette démarche "pédagogique", mais aucune information sur l'impact écologique de la circulation différenciée.

Pierre Dartout a indiqué que plus de 1 000 policiers et gendarmes ont été mobilisés pour distribuer des flyers et sensibiliser les conducteurs de véhicules pendant les deux semaines d'alerte à la pollution de l'air à l'ozone.

260 000 vignettes crit'Air ont été commandées dans les Bouches-du-Rhône, dont 160 000 depuis le 14 juin. Le préfet s'est félicité de ce bon résultat, "même si on sait que tout le monde n'a pas encore sa vignette" a-t-il précisé. Pierre Dartout insiste pour que tous les propriétaires de véhicules à moteur acquièrent leur vignette. "La prochaine fois (qu'il y aura un épisode de pollution à l'ozone et la circulation différenciée), nous userons d'un système plus contraignant" a-t-il annoncé, sans préciser si les contrevenants seront verbalisés.

1 354 amendes pour excès de vitesse

S'il n'y a pas de bilan de l'impact des mesures sur l'environnement, le préfet de police, Olivier de Mazières, a indiqué que pendant la période d'alerte, 1 354 amendes ont été dressées pour excès de vitesse. La vitesse maximale autorisée était baissée de 20km/h, jusqu'au seuil de 70 km/h. "Nous avons eu au total 2 000 infractions constatées, si on ajoute les infractions de droit commun comme le port de la ceinture, le contrôle technique, etc. " a expliqué le préfet de police.

Olivier de Mazières insiste aussi sur la vignette Crit'Air et indique qu'au prochain épisode de circulation différenciée, "il y aura des contrôles plus systématiques et moins préventifs".

Vous pouvez commander votre vignette Crit'Air sur le site : www.certificat-air.gouv.fr. Attention aux sites frauduleux, la vignette coûte 3,62 euros, frais de port inclus.

Orages et Mistral avant un retour des fortes chaleurs

Si l'alerte a été levée, "c'est grâce à la baisse des températures et aux pluies de ces derniers jours", a indiqué Domique Robin, le directeur d'AtmoSud. Il précise que cette semaine, la région devrait subir des épisodes orageux et du Mistral, ce qui devrait dégager le ciel et rendre l'air plus respirable.

Cependant, les températures vont remonter par la suite, avec à nouveau un risque de pollution de l'air à l'ozone, mais il est trop tôt pour le confirmer.

Cet épisode de pollution de l'air à l'ozone a été exceptionnel par sa longévité, écoutez les explications de Domique Robin, directeur d'AtmoSud.

Sur le même sujet

Les + Lus