Prise illégale d'intérêts : cinq ans d'inéligibilité requis contre le sénateur Stéphane Ravier

Stéphane Ravier a comparu devant le tribunal correctionnel de Marseille pour avoir embauché son fils Thomas Ravier comme jardinier à la Ville en 2015. Cinq ans d'inéligibilité ont été requis.

Un an de prison avec sursis et cinq ans d'inéligibilité ont été requis ce mercredi 17 avril à Marseille contre le sénateur du parti d'extrême droite Reconquête ! des Bouches-du-Rhône, Stéphane Ravier. Il est jugé pour l'embauche de son fils lorsqu'il était maire d'un secteur de la ville.

"Il n'y a absolument rien de normal avec le fait d'obtenir un emploi public par le biais d'une intervention privée", a justifié le procureur Mathieu Vernaudon, estimant que le délit de prise illégale d'intérêt était caractérisé et requérant également 20 000 euros d'amende.

Pour lui, "Stéphane Ravier est bien intervenu dans le recrutement et le renouvellement des contrats de son fils", lequel bénéficie aujourd'hui d'un "emploi à vie dans la fonction publique territoriale", en sollicitant notamment le directeur de cabinet du maire de droite de l'époque, Jean-Claude Gaudin.

Pour son fils, Thomas Ravier, le procureur a requis huit mois de prison avec sursis, 10 000 euros d'amende et une peine d'inéligibilité de cinq ans.

Son fils embauché aux Espaces Verts 

Thomas Ravier avait été embauché en 2015 au service Espaces Verts de la mairie du 7ᵉ secteur (13e et 14ᵉ arrondissements) de Marseille, dont Stéphane Ravier était maire depuis l'élection de 2014, à l'époque sous l'étiquette Front national (devenu Rassemblement national), avant de devoir céder son fauteuil en 2017 pour cause de cumul de mandats.

"Monsieur Ravier conteste formellement les faits qui lui sont reprochés, et l'infraction qui lui est opposée n'est absolument pas caractérisée", avait déclaré à l'AFP en janvier son avocat Me Julien Pinelli.

Cette embauche comme contractuel avait été révélée en octobre 2015 par le site d'informations locales Marsactu, auprès duquel Stéphane Ravier s'était défendu en déclarant que son fils "nettoie les parcs et jardins en binôme avec un autre qui, lui, n'est pas de ma famille". Il avait alors ajouté : "Si je l'avais voulu, je l'aurais embauché comme assistant parlementaire".

Déjà condamné en février pour diffamation

En février, le sénateur Ravier avait été condamné à une amende de 3 000 euros par le tribunal correctionnel de Marseille pour diffamation à l'encontre de l'ONG de secours en mer SOS Méditerranée, condamnation dont il a fait appel.

Stéphane Ravier avait également été condamné en décembre par le tribunal correctionnel de Lyon à une amende de 10 000 euros pour injure publique à l'encontre d'un avocat dans un message posté sur X (ex-Twitter) pour commenter un verdict de la cour d'assises du Rhône.

La cour d'appel d'Aix-en-Provence doit de son côté se prononcer le 18 juin sur une affaire de poursuite pour diffamation à caractère racial dans laquelle le parquet avait fait appel d'une relaxe du sénateur, poursuivi également après un post sur le réseau social X.

Stéphane Ravier, qui était le seul sénateur du RN, a rallié le parti d'Eric Zemmour en février 2022.
Son fils a été titularisé à son poste en janvier 2020, avant les élections municipales qui ont fait basculer la mairie de Marseille à gauche, après quatre mandatures de Jean-Claude Gaudin.