Marseille : sans nulle part où aller, les cirques avec animaux s’insurgent

Publié le Mis à jour le
Écrit par Loïc Perrier .

Les syndicats et des acteurs du secteur prévoient de se rassembler au péage de Lançon de Provence ce vendredi. Une opération escargot jusqu’à Marseille pour alerter sur leur situation critique. Notamment depuis l'adoption de la proposition de loi contre la maltraitance animale.

C’est l’épine dans le pied d’une politique impeccable. Voilà une dizaine de jours que le cirque Muller est installé à la Valentine avec sa ménagerie. Alors même que Benoît Payan le maire de Marseille s’est fermement affirmé contre les cirques avec des bêtes sauvages. Mais rien ne justifie que la cité phocéenne puisse lui refuser l’accueil.

Un problème qui se pose de plus en plus à l’heure où 438 communes françaises ont pris position pour des cirques sans animaux. Pour William Kerwich, président du syndicat des capacitaires des animaux de cirque et de spectacle, la situation est même bien pire. "Aujourd’hui, 90 % des communes nous refusent. Il y a quelques cirques qui arrivent à tourner, mais ils s’installent sur des terrains privés. Qu’est-ce qu’on fait si on ne peut pas s’installer ?"

Pour lui, "il faut que le gouvernement trouve des solutions". "On vient de subir une crise, comme toutes les sociétés en France. Mais le Quoi qu’il en coûte ça n’a pas marché avec nous… les aides ne sont pas les mêmes, c’est très arbitraire."

Une situation est d’autant plus difficile pour ces professionnels qu’elle survient au lendemain de l'adoption quasi-unanime de la proposition de loi contre la maltraitance animale. Une mesure qui prévoit l’interdiction des animaux de cirques dans 7 ans.

C'est la fin d'un art de vivre.

William Kerwich

William Kerwich, syndicat mais également professionnel du cirque, ne comprend pas cette décision. "On ne veut pas interdire le gavage des oies, on ne veut pas interdire la corrida mais on interdit le cirque…" En France, près de 60 cirques font des spectacles avec des animaux sauvages. Des structures qui accueillent près de 800 de ces animaux.

Il se défend de toute maltraitance animale. "On les aime nos animaux. On a des contrôles pratiquement tout le temps, par des vétérinaires de l’état, il y a des nombreuses normes qui garantissent leur bien-être. Il faut arrêter de nous salir."

Ce professionnel dénonce une "mort du cirque traditionnel". "Pour les intérêts politiques on est en train de tuer tout un art de vivre et des traditions."

Pour faire entendre leur voix, les professionnels se sont donné rendez-vous vendredi au péage de Lançon de Provence. Une opération péage-gratuit qui se déroulera toute la matinée, suivie d’une opération escargot jusqu’à Marseille.

Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité