Trois chiffres sur l'Azamara Quest et sa croisière de 35 jours, ciblés par une action des écologistes en Europe

Un collectif européen écologiste orchestre des actions de sensibilisation avec une "Cruise Pursuit" contre le navire, actuellement en croisière de 35 jours à travers l'Europe.

Italie, Espagne, Portugal, côtes françaises... l'Azamara Quest fait une croisière à travers l'Europe. Le paquebot achèvera son périple de 35 jours au Pays-Pas. Le collectif ECAN (European Cruise Activist Network) et Exctinction Rebelllion entendent mener des actions coup de poing tout au long de son voyage, comme lors de l'escale à Marseille vendredi 24 mai, pour "dénoncer l'industrie des croisières, le sur-tourisme et les émissions de gaz à effet de serre des plus riches, au détriment des enjeux environnementaux".  "L'objectif, c'est de montrer que le problème des croisières, il est à l'échelle européenne, et pas une lutte isolée dans chaque port", explique Julie, du collectif marseillais Stop Croisières. France 3 Provence-Alpes vous détaille trois chiffres sur l'Azamaro et sa croisière, qui mobilisent les activistes écologistes.

 3 tonnes de CO2 émis par croisièriste 

L'Azamara Quest sillonne les mers jusqu'aux pôles Nord et Sud, "invitant ses voyageurs à observer la fonte des glaces et la disparition de la banquise à laquelle il contribue" pointe les écologistes du collectif ECAN. Une croisière autour de l’Europe représente un voyage d'environ 4000 miles marins. Selon ses calculs, pour la seule consommation de carburant, "cela représente trois tonnes de CO2 par croisiériste pour un seul voyage, tandis qu’il ne faudrait pas dépasser les 2 tonnes par personne et par an pour respecter les Accords de Paris d’ici 2050".

Selon la base Thetis MRV, qui recense les données d'émissions de CO2 des bateaux naviguant dans la zone UE, l'Azamara Quest émet 486 kg de CO2/miles.

10% des plus riches responsables d'un quart des émissions de la France

Les croisières de luxe sont un "symbole d'une minorité fortunée déconnectée", selon Stop Croisières. "Déconnectés des enjeux écologiques et de la réalité du dérèglement climatique, les 10% les plus riches sont responsables d’un quart des émissions de la France", argumente le collectif. Selon lui, les plus riches sont ceux qui "polluent le plus et qui subissent le moins durement les conséquences du changement climatique".

Avec leurs actions coup de poing, les écologistes veulent sensibiliser les croisièristes sur l'impact environnemental de leur voyage. Avec ses 180 m de long sur 25 m de large et ses trois grands ponts, l'Azamara Quest affiche une taille "modeste" dans l'arsenal des bateaux de croisière, ce qui lui ouvre les quais des nombreux ports auxquels les méga-paquebots n'ont pas accès. Dans ses 350 cabines spacieuses, le paquebot peut accueillir jusqu’à 700 passagers à son bord, auxquels s'ajoutent 400 membres d'équipages. 

2,5 millions de croisièristes accueillis à Marseille en 2023

En 2023, Marseille a accueilli plus de 6200 escales de croisière. Et plus de 2,5 millions de passagers. Une activité en hausse de 76 %. Le secteur est encore amené à se développer avec le nouveau terminal dédié à la petite croisière, sur le J4. Là-même où vendredi dernier, le collectif anti-croisières a mené une action contre l'Azamara Quest. "Notre action était aussi symbolique pour ça, nous, on demande à ce que cette activité soit réduite au maximum et le port envisage plutôt d'augmenter le trafic", note Julie de Stop Croisières. 

La mise en service du terminal est prévue en 2026. L'objectif est d'attirer des navires de petite taille, qui accostent jusqu'à présent à Nice, Cannes ou Monaco.

L'actualité "Environnement" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
L'actualité "Environnement" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
choisir une région
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité