Trop folle, trop pédé, trop gouine : "toujours trop !", une semaine de fiertés avant la Pride de Marseille

Après l'annulation en 2020, la Pride aura bien lieu cette année à Marseille, le samedi 3 juillet. Cette marche des fiertés clôture une semaine d'évènements festifs et culturels qui a débuté le 24 juin, avec pour thème : "toujours trop !".

 

Ce samedi à Paris, la "marche des fiertés" organisée par l'Inter-LGBT fête son retour. L'an dernier, en raison de la crise sanitaire, elle s'était tenue de manière impromptue en dehors du cadre de l'interassociative, rassemblant entre 2.000 et 3.000 personnes.

Pour revoir flotter des drapeaux arc-en-ciel dans les rues de Marseille, il faudra attendre samedi prochain, le 3 juillet. En 2020, la Pride marseillaise avait été annulée en raison de la crise sanitaire. 

Pour cette marche des Fiertés, les marcheurs et marcheuses partiront à 15h du Palais Longchamp jusqu'à l'Hôtel de Ville, en s'arrêtant sur la Canebière où ils feront la traditionnelle minute de silence. Un hommage notamment aux victimes du Sida et pour condamner toutes les formes de discrimination. 

1.500 personnes pourront se rassembler au Palais Longchamp avant le départ de la marche. Les participants devront prendre un billet gratuit en ligne, présenter leur pass sanitaire à l'entrée et porter le masque. Même dispositif pour l'apéro-concert qui suit la Marche, de 18h à 1h du matin.

Cette 28ème Marche des fiertés viendra clôturer une semaine d'évènements militants, festifs et culturels. Au programme : des films suivis de débats avec des associations, des lectures de textes, des expositions, du théâtre et même des apéritifs.

A propos de débat, il y en a un à ne pas rater organisé en partenariat avec France 3 Provence-Alpes et la Pride Marseille, à suivre samedi 26 juin à partir de 18h.

Plus d'une heure d'émission au cours de laquelle vous pouvez notamment découvrir la programmation et les associations de la Pride marseillaise. Engagé dans la lutte contre les discriminations et pour l'inclusion, signataire depuis 2016 de la charte LGBT, France Télévisions soutient et accompagne cette initiative.

Toujours trop ! 

Trop folle, trop pédé, trop gouine, trop queer…  La communauté LGBTQ+ se sent "toujours trop!", selon Philippe Amidieu co-président de la Pride à Marseille.  

"Très souvent, on reproche à notre communauté d'être en dehors du cadre. À commencer par les prides où on nous dit qu'elles sont trop bruyantes, trop extravagantes, que nous sommes trop présents dans le regard de l’autre", ajoute Philippe Amidieu.

"Toujours trop" est donc le thème de la Pride week 2021.  Des étiquettes collées à la communauté LGBTQ+, qui ont inspiré le designer graphique Gaël Lapasset, pour la campagne de communication : "on a choisi de coller des étiquettes partout". 

Voir cette publication sur Instagram

Une publication partagée par Pride Marseille (@pride_marseille)

"Les normes sont quelque chose qui nous attaquent tous, les normes nous rappellent qu’on n'est pas du tout là où il faut", explique Gaël Lapasset. Une phrase qui ressort souvent dans les témoignages recueillis par les associations. 

Et pour compléter cette programmation militante, les équipes de la Pride, en collaboration avec les associations, ont décidé de digitaliser leur action. 

Des podcasts "non conformes"

Comment faire évoluer les normes ? C'est la question que s'est posée l'équipe de la Pride Marseille. Pour y réfléchir, elle a décidé de constituer une série de cinq podcasts intitulés "non conformes" : des témoignages suivis de l'analyse de sociologues et de philosophes.

"L’idée c'est de comprendre d’où viennent les normes et est-ce qu’elles sont légitimes", explique Philippe Amidieu.

Cinq thèmes ont été retenus, l'intersectionnalité, la masculinité, le fantasme, la cam sexe et le corps. Des podcasts à écouter sur les réseaux sociaux à partir du 3 juillet. 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
lgbt+ société diversité