Vidéo. Coronavirus : 70 policiers devant La Timone à Marseille pour remercier les soignants

Un mois après le début du confinement, le soutien envers les soignants est toujours aussi fort. Ce jeudi, près de 70 policiers marseillais sont venus à 20 heures applaudir l'ensemble du personnel soignant de l'hôpital La Timone.

C'est la première fois qu'ils se regroupent aussi nombreux devant la Timone pour apporter tout leur soutien au personnel soignant.

Après les différentes compagnies du Var comme à Toulon, c'est au tour des policiers marseillais de rendre hommage au personnel soignant, un mois après le début du confinement. 

Un geste immortalisé et largement diffusé sur les réseaux sociaux.

Près de 70 policiers se sont rassemblés jeudi soir à 20 heures, devant l'établissement marseillais. Motos, fourgons, voitures et gyrophares allumés, le rassemblement a fait du bruit et c'était le but.

"Nous avions envie de le faire depuis un moment, mais nous voulions le faire en nombre et que les différents services soient représentés, ce jeudi, on a enfin pu se retrouver", explique l'un des policiers présent.

Et preuve de l'immense solidarité qui anime toutes les professions engagées dans la lutte contre le coronavirus et le respect du confinement, les personnels de l'hôpital n'en sont pas restés là.

"Lorsque nous avons fini de les applaudir, une partie des soignants est venue à notre rencontre et nous a également applaudis, on ne s'y attendait pas et on a été touchés, ajoute ce policier, mais c'était avant tout important pour nous de les soutenir et de leur dire tout simplement merci."
 
L'actualité "Société" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
L'actualité "Société" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
choisir une région
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité