VIDEO. Emeutes après la mort de Nahel : une concession Volkswagen dévalisée à Marseille

durée de la vidéo : 00h00mn28s
Une concession Volkswagen est pillée à Marseille, les voitures sont sorties une par une. ©vidéo amateur

Les violences ont touché beaucoup de boutiques à Marseille. Un supermarché Aldi a entièrement brûlé. Et une concession Volkswagen a été entièrement vidée de ses voitures.

Une nouvelle nuit de tensions à Marseille après la mort de Nahel. La cité phocéenne a connu de nouvelles violences dans la nuit du samedi 1er au dimanche 2 juillet. Marseille et l'ensemble de l'agglomération lyonnaise sont les deux villes les plus touchées par les violences, comme la veille, a indiqué à l'AFP une source policière. Une concession Volkswagen, situé au 224 boulevard Danielle Casanova dans le 14ème arrondissement de la ville, a ainsi été prise pour cible. Un groupe d'individus a volé des voitures en vente dans le quartier des Arnavaux. 

durée de la vidéo : 00h00mn59s
Pillage Volskwagen ©RS

Selon des témoins présents sur place contactés par La Provence, une vingtaine d'individus se sont présentés aux alentours de minuit. Ils ont forcé le portail du parking à l'aide d'une voiture bélier, et fracassé la vitre du showroom à l'aide d'une grosse pierre. Ce sont ensuite, toujours selon ces témoins directs, quelque 20 véhicules qui ont été volés, passant les uns après les autres sur le portail éventré.

Des pertes pour les commerçants estimés "à plus de cent millions d'euros"

Des scènes de pillages qui ont un coût élevé. Les pertes pour les commerçants de la région Aix-Marseille sont estimées par les assureurs "à plus de cent millions d'euros", a assuré dimanche sur franceinfo Jean-Luc Chauvin, président de la CCI Aix-Marseille-Provence.

Ces cent millions d'euros représentent le montant estimé des indemnisations "pour les dégradations et pertes d'exploitation, quand cela fait partie des contrats" pour les commerçants d'Aix-Marseille depuis le début des violences urbaines, mardi soir. Le président de la CCI Aix-Marseille-Provence estime qu'il faudra pour certains magasins "des mois" pour réparer les dégradations, notamment ceux qui ont été incendiés ou dont le stock a été intégralement volé.

Rien qu'à Marseille, ce sont "quasiment 400 commerces" qui ont été vandalisés, selon Jean-Luc Chauvin, "une partie en centre-ville mais aussi dans des centres commerciaux", estimant que tous les types de magasins sont visés, de l'alimentaire au luxe en passant par les tabacs.

Selon un bilan réalisé par les autorités dimanche matin, il y a eu 71 interpellations samedi soir, c'est moins que les 95 opérées dans la nuit de vendredi à samedi. Sept policiers ont été blessés à Marseille, dont un sérieusement.