VIDEO. La Métropole Aix-Marseille-Provence distribue des capteurs pour mesurer les microparticules polluantes

Publié le Mis à jour le
Écrit par Frédéric Renard et Stéphane Poli
durée de la vidéo: 01 min 51
Des capteurs pour mesurer la pollution àl'ozone ©FTV

2 000 capteurs sont disponibles pour les citoyens désireux de participer à la collecte de données sur la pollution aux particules fines dans l'air à Marseille.

Des petits boîtiers, distribués par la Métropole, permettent aux habitants de Marseille de mesurer la qualité de l'air. Un code couleur indique le taux de concentration en particules polluantes.

Il s'agit d'une démarche citoyenne, qui fait sortir la perception de la qualité de l'air de la sphère scientifique. Chaque jour, nous respirons environ 15.000 litres d'air. Chaque utilisateur peut ainsi vérifier la qualité de l'air dans son entourage, mais aussi participer à la collecte de données des scientifiques.

Il y a un côté science participative. Les gens participent à un effort collectif.

Névénick Calec

Responsable innovation du projet européen DIAMS

Les données sont transmises au réseau DIAMS, qui les analyse et peut travailler à l'amélioration de la qualité de l'air.

L'autre aspect de l'expérience est pédagogique. Un rapport direct aux informations sur la pollution devrait nous inciter à changer nos comportements.

A Gardane, Raymonde et Georges Pasté ont été parmi les premiers à tenter l'expérience. Ils relèvent les résultats du capteur chaque matin.

J'attends que, à l'issue de la mise en route de tous ces capteurs, le législateur puisse prendre des décisions.

Raymonde Pasté

Adhérente au projet DIAMS

Les capteurs sont à commander sur le site Airdiams et peuvent se récupérer chez Atmosud à Marseille. L'expérience durera jusqu'en octobre prochain.

Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer des newsletters. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas des e-mails. Notre politique de confidentialité