Tuerie à la préfecture de police: hommage à Aurélia, Brice, Damien et Anthony

Illustration - Des fonctionnaires de police lors d'une cérémonie à la préfecture de police de Paris en décembre 2018. / © ERIC FEFERBERG / AFP
Illustration - Des fonctionnaires de police lors d'une cérémonie à la préfecture de police de Paris en décembre 2018. / © ERIC FEFERBERG / AFP

Un hommage est rendu mardi à Paris, aux quatre fonctionnaires tués, jeudi, par un de leurs collègues. Parmi les quatre membres de la préfecture de police de Paris, figure Aurélia T.. La policière avait débuté sa carrière dans les Bouches-du-Rhône, avant de rejoindre Paris.

Par GB

Ils s'appelaient Aurélia, Brice, Damien et Anthony. Ils ont été tués jeudi 3 octobre par un informaticien de 45 ans qui s'était radicalisé. L'homme était affecté au service technique de la Direction du renseignement de la préfecture de police (DRPP) depuis 2003.

Le matin même de l'attaque, l'assaillant avait acheté deux couteaux avec lesquels il a mortellement blessé jeudi deux policiers et un agent administratif de son service.

Il a ensuite tué une policière et blessé une employée des ressources humaines ainsi qu'un autre fonctionnaire, avant d'être abattu par un policier stagiaire dans la cour de la préfecture.

Aurélia T. avait 39 ans. Cette gardienne de la paix appartenait à la direction de la sécurité de proximité de l'agglomération parisienne.

Elle a commencé sa carrière dans les Bouches-du-Rhône. Passée par l'école de police de Fos-sur-Mer, elle a été adjointe de sécurité au commissariat de Martigues entre 2003 et 2008, avant de rejoindre Lyon, puis Paris, selon La Provence

Mère de deux enfants, âgés de 5 et 8 ans, elle avait rencontré son mari à la préfecture de police de Paris, policier lui aussi, rapporte Le Parisien.

La famille était installée à Combs-la-Ville, où les enfants étaient scolarisés. Une cellule psychologique a été mise en place et la mairie a ouvert un registre de condoléances. 
Une cérémonie en hommage aux quatre victimes se tiendra, mardi à 11 heures, à la préfecture de police de Paris, en présence d'Emmanuel Macron.

La Légion d'honneur leur sera remise à titre posthume.

Sur le même sujet

Un témoin raconte l'intervention à Saint-Raphaël

Les + Lus