55 enfants intoxiqués dans une école du 10e arrondissement de Marseille

55 jeunes élèves de l'école Castel Roc de Marseille ont présenté des signes d'intoxication jeudi après-midi. Les marins-pompiers se sont rendus sur place avec quatre engins et un médecin pour prendre en charges des enfants. L'école reste fermée vendredi.

© Alban Poitevin / France 3 Provence-Alpes
Les marins-pompiers de Marseille ont été appelés ce jeudi après-midi pour une suspicion d'intoxication au monoxyde de carbone à l'école élémentaire Castel Roc, dans le 10e arrondissement de Marseille. 

55 enfants présenteraient des signes de malaise. Ils souffraient de maux de tête et de vomissements. Quatre engins ont été dépêchés sur place avec un médecin pour prendre en charge les jeunes élèves. Les marins-pompiers n'excluent pas qu'il puisse s'agir d'une intoxication alimentaire. 

Trente-deux enfants et un adulte ont été évacués vers des hôpitaux marseillais par les marins-pompiers et 16 enfants y ont été emmenés directement par leurs parents",


a déclaré Jean Rampon, directeur de cabinet du préfet de la région PACA Stéphane Bouillon. "Environ soixante-dix marins-pompiers ont été mobilisés sur place pour prendre
en charge les enfants
", a déclaré une porte-parole des marins-pompiers. 

Aucun enfant en danger

Des enfants ont été saisis de vomissements hier et aujourd'hui",


a déclaré à Lionel Royer-Perreaut, maire de l'arrondissement, soulignant qu'"aucun enfant n'est en danger". Les investigations étaient toujours en cours sur les causes de l'intoxication, a confirmé une porte-parole des pompiers, précisant que les enfants souffraient de maux de tête et de vomissements.

"Ont été écartées en tant que causes : une toxi-infection alimentaire collective (TIAC) et l'intoxication au monoxyde de carbone",


a-t-on appris dans un communiqué de la préfecture des Bouches-du-Rhône. Deux hypothèses sont toujours à l'étude, l'une portant le réseau d'eau potable, "moins probable" selon M. Rampon, et l'autre, "plus probable", concernant une gastro-entérite collective.


Poursuivre votre lecture sur ces sujets
faits divers