Air Cocaïne : les principaux acteurs de l'affaire

L'Affaire Air Cocaïne est celle d'un vaste trafic de drogue transatlantique qui a donné lieu à deux enquêtes, l'une à Saint-Domingue et l'autre en France. Une dizaine de personnes en sont les principaux acteurs. 

Pascal Fauret et Bruno Odos, les deux pilotes du Falcon 50,  figurent parmi une dizaine d'autres personnes, dans l'affaire Air Cocaïne
Pascal Fauret et Bruno Odos, les deux pilotes du Falcon 50, figurent parmi une dizaine d'autres personnes, dans l'affaire Air Cocaïne © Photo AFP
L'Affaire Air Cocaïne concerne un trafic de drogue transatlantique impliquant à ce jour une bonne dizaine de personnes. En voici les principaux acteurs :

Pascal Fauret et Bruno Odos, pilotes d'un Falcon 50
Deux pilotes français, Pascal Fauret, 55 ans, et Bruno Odos, 56 ans, ont été interpellés à l'aéroport de Saint-Domingue en mars 2013, à bord d'un Falcon 50 transportant des valises contenant 680 kilos de cocaïne. Ils ont été condamnés
à 20 ans de prison à Saint-Domingue en août 2015 et ont fait appel. Remis en liberté avec interdiction de quitter le territoire, ils se sont évadés fin octobre et ont regagné la France pour se mettre, selon eux, à la disposition de la justice française.
Tous deux sont visés depuis leur fuite par un mandat d'arrêt international émis par la République dominicaine, mais Paris a écarté toute extradition.
Les deux hommes ont été interpellés lundi à Lyon et Grenoble, puis placés en détention provisoire avant de comparaître, mardi pour Bruno Odos, mercredi pour Pascal Fauret, devant la juge d'instruction marseillaise Christine Saunier-Ruellan, chargée de l'enquête ouverte en janvier 2013.

Nicolas Pisapia, passager du Falcon 50
Ce marseillais résident en Roumanie, décrit comme "client", a été intercepté en mars 2013 en même temps que les deux pilotes à Saint-Domingue. Il a également été condamné par la justice dominicaine à 20 ans de prison. Placé sous contrôle judiciaire, il est resté à Saint-Domingue.

Alain Castany, deuxième passager du Falcon 50
Ce dernier est décrit comme "apporteur d'affaires". Il est le quatrième Français condamné à 20 ans de prison à Saint-Domingue, où il est resté. Renversé par une moto, il a subi plusieurs opérations et a demandé un rapatriement sanitaire pour éviter l'amputation.

Les quatre hommes sont soupçonnés par la justice française d'avoir participé à un vaste trafic de drogue depuis que, le 9 décembre 2012, les gendarmes ont signalé sur l'aéroport de Hyères (Var) un déchargement de valises suspectes d'un avion avec à son bord Pascal Fauret, Bruno Odos et Nicolas Pisapia.
Selon l'enquête, deux autres déchargements identiques avaient eu lieu en 2012 et un autre était prévu le 18 mars 2013.

François-Xavier Manchet
Ce douanier en poste à Toulon, était allé accueillir l'avion en décembre 2012. Il est soupçonné de complicité. Il a été mis en examen et écroué, puis placé sous contrôle judiciaire. 

Pierre-Marc Dreyfus
Ce patron de la Société nouvelle-TransHelicopteres Services (SNTHS), qui a loué le Falcon impliqué dans le trafic, a été placé en détention, puis sous contrôle judiciaire, fin août 2014, et mis en examen.

Fabrice Alcaud
Cet autre pilote et copatron de la SNTHS, a également été mis en examen, écroué, puis placé sous contrôle judiciaire.

Frank Colin
Homme d'affaires varois, il a reconnu avoir affrété l'avion, mais assure qu'il ignorait "l'objet réel des périples". Mis en examen, il est toujours en détention à la prison de Luynes (Bouches-du-Rhône).

Deux autres personnes sont poursuivies dans le cadre de l'instruction ouverte notamment pour "participation à une association de malfaiteurs, transport, détention, acquisition offre ou cession, emploi de stupéfiants, importation de stupéfiants en bande organisée, blanchiment".

Le nom de Nicolas Sarkozy cité

Par ailleurs, le nom de l'ex-président de la République Nicolas Sarkozy est apparu en marge de l'enquête, après que la juge s'est penchée de manière incidente sur trois vols affrétés auprès de SNTHS pour le compte de l'ancien président, Nicolas Sarkozy, par la société de son ami Stéphane Courbit. Ce volet de l'enquête pour abus de biens sociaux a, depuis, été transféré au parquet financier, à Paris.
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
affaire air cocaïne justice société