Baumettes II: "période mouvante" pour la direction, "dysfonctionnements" pour les syndicats

Publié le Mis à jour le
Écrit par GM avec AFP

La prison marseillaise des Baumettes sort d'une "période mouvante" après le transfert de 700 personnes dans un bâtiment neuf, reconnaît la direction de l'établissement, alors que les syndicats critiquent de nombreux "dysfonctionnements".

Les Baumettes II, un ensemble flambant neuf de bâtiments pénitentiaires, accueillent depuis le 14 mai quelque 600 détenus et prévenus hommes, et une centaine de femmes dans un cadre propre et plus ergonomique. Mais 1.000 détenus sont toujours hébergés dans l'ancien bâtiment, pointée du doigt pour son insalubrité, dont on aperçoit
les murs décrépis quelques dizaines de mètres plus loin.
Les deux prisons sont reliées par un tunnel, que doivent traverser détenus et surveillants pour accéder à certaines activités, ou pour accéder aux salles de soins ou aux parloirs.

Ceux qui restent aux Baumettes historiques se sentent un peu abandonnés

a admis la directrice de l'établissement, Christelle Rotach, lors d'une rencontre avec des journalistes. Dans un communiqué publié le 21 juin, l'Observatoire international des prisons (l'OIP) dénonçait pour sa part des annulations régulières des promenades et des douches dans l'ancien bâtiment depuis le déménagement, ce que dément la direction.

Ce sont des dysfonctionnements liés à la nouvelle structure, qui génèrent du mécontentement et donc des agressions $


assure David Cucchietti, de la CGT Baumettes déplorant notamment l'agression au couteau de deux agents fin juin.
"Il y a une tension, un stress des détenus comme des agents avec l'ouverture de Baumettes II, alors qu'il manque 55 agents et que nous devons jongler entre les deux bâtiments", a-t-il expliqué, évoquant une "situation explosive".
Pour la directrice "le jeu des mouvements crée des vacances de postes, comme dans tout établissement, le problème est que cette proportion est importante compte tenu du déménagement".

C'était une période difficile, on découvre une nouvelle structure

a concédé Christelle Rotach, assurant : "On a bouleversé les routines, on sort d'une période mouvante, mais là les gens retrouvent leurs réflexes".
Elle assure que "la qualité de vie des détenus comme des personnels a connu des améliorations significatives", notamment avec les douches dans les cellules, une plus grande circulation en extérieur, les espaces "végétalisés". L'OIP s'inquiète toutefois de l'avenir des détenus des Baumettes historiques, qui doivent être transférés au printemps 2018 vers les nouvelles prisons d'Aix-Luynes 2 et Draguignan (Var), qui proposeront 1.239 places pour 1.818 détenus.