Marseille : une association organisant les activités périscolaires n’est pas payée

L’association SLFA a été engagée par la ville de Marseille pour gérer les temps d’activités périscolaires dans 19 écoles. Problème, après trois mois, aucun versement n’a été effectué et l’association en peut plus rémunérer les animateurs.

Les belles histoires du dimanche
Découvrez des récits inspirants de solidarité et d'altruisme, et partez à la rencontre de la générosité. Émotions garanties chaque dimanche !
France Télévisions utilise votre adresse e-mail afin de vous envoyer la newsletter "Les belles histoires du dimanche". Vous pouvez vous désinscrire à tout moment via le lien en bas de cette newsletter. Notre politique de confidentialité

L’association SLFA, basée à Strasbourg gère les temps d’activités périscolaires dans 19 écoles de la ville de Marseille depuis le mois de septembre. Ainsi, près de 150 animateurs travaillent pour le compte de cette association qui a remporté un appel d’offres lancé par la ville. 

Un contrat a été signé le 19 août 2015 entre les deux parties stipulant que les paiements devaient s’effectuer à échéance de 30 jours après émission de factures affirme le président de la structure Yannick Cabald. « Quelques temps après, nous avons été informés que les paiements seraient effectués au bout de trois mois » explique-t-il.

Reportage MARTINIKY Ali, GASC Roger et DESPRETZ Annette : 

Une situation qui plonge certains d'entre eux dans la déprime. La Mairie assure faire le nécessaire pour régulariser les salaires avant la fin de l'année.
Intervenants : Catherine Ravel - Coordinatrice association SLFA, Kevin Arlabosse - Animateur Activités périscolaires, Clément De la Breutesche
Animateur Activités périscolaires.

Une situation impossible pour cette jeune association dont la trésorerie n’est pas suffisamment solide pour assurer le paiement des salaires et les frais de fonctionnement pendant trois mois. Déjà engagée avec la ville, « il était trop tard pour reculer » précise le président de l’association. La situation financière de l’association se dégrade d'autant plus qu'à la mi-décembre aucun versement n’a encore été effectué.

Aujourd’hui, SLFA est en cessation de paiement. Le président de l'association a écrit au maire de Marseille Jean-Claude Gaudin ainsi qu'à Claudine Freddi, chef du service jeunesse de la ville de Marseille. Mais à l'heure qu'il est, aucun paiement n'a été effectué. 

D’après Yannick Cabald, d’autres associations sont dans cette situation. « Nous effectuons cette activité à Strasbourg et tout se passe pour le mieux, je suis un peu dépassé et je n’ai pas d’interlocuteur à la ville » déplore-t-il.

La mairie de Marseille a promis de faire le nécessaire d'ici la fin du mois de décembre afin de régulariser la situation.