Marseille : à la recherche de traces de boues rouges dans les oursins

Cette histoire ne donne pas franchement envie d'avaler un plateau de fruits de mer / © FLORIAN LAUNETTE-TERRA NOSTRUM / DECOUVRE TA NATURE/MAXPPP
Cette histoire ne donne pas franchement envie d'avaler un plateau de fruits de mer / © FLORIAN LAUNETTE-TERRA NOSTRUM / DECOUVRE TA NATURE/MAXPPP

Comment vont les oursins au large des côtes de Marseille ? Pour le savoir, il faut commencer par les pêcher. C'était une directive donnée par Ségolène Royal. Mais les chercheurs manquent de références et partent sur une autre procédure.  

Par Nathalie Deumier

Les fameuses boues rouges, ces déchets produits par l'usine Altéo, ont-elles des retombées sur les oursins ? C'est la question que se pose l'ANSES, l'Agence Nationale de Sécurité sanitaire, de l’alimentation, de l’environnement et du travail. C'est une directive donnée par Ségolène Royal, lorsqu'elle était ministre de l'écologie. Une première pêche a donc été effectuée autour des calanques de Marseille, avec des oursins et d'autres espèces d'animaux marins. Mais les scientifiques manquaient de niveau de référence.


Deuxième phase de l'opération


Les chercheurs de l'IFREMER sont repartis à la pêche aux oursins. Ils devraient pêcher jusqu'à la fin du mois de juin. Une centaine d'"individus" de Paracentrotus Lividus, comme le disent les textes officiels. A Marseille, ils opèrent entre l'île de Riou et la calanque de Morgiou. Mais cette fois, ils pêchent sur 12 sites en Méditerranée. Ensuite, c'est l'ANSES qui prend la relève et analyse l'animal.  

A lire aussi

Sur le même sujet

collecte de jouets

Près de chez vous

Les + Lus