Cet article date de plus de 5 ans

La métropole Aix-Marseille demande le déblocage des terminaux pétroliers du port

La métropole Aix-Marseille-Provence a demandé jeudi le déblocage des terminaux pétroliers du Grand port maritime de Marseille (GPMM) à Fos-sur-Mer et Lavera (Bouches-du-Rhône), bloqués depuis le 23 mai par la grève contre la loi Travail. 45 navires sont en attente au mouillage dans la rade.
La métropole Aix-Marseille-Provence a demandé jeudi le déblocage des terminaux pétroliers du Grand port maritime de Marseille (GPMM) à Fos-sur-Mer et Lavera (Bouches-du-Rhône), bloqués depuis le 23 mai par la grève contre la loi réformant le droit du travail.

"Le président de la métropole Aix-Marseille-Provence et sénateur-maire de Marseille, Jean-Claude Gaudin, demande au gouvernement de prendre, de toute urgence, les mesures de réquisitions, comme cela a été le cas au Havre aux fins d'obtenir la libération des terminaux pétroliers de Fos et Lavéra", a déclaré dans un communiqué le vice-président de la métropole Roland Blum (LR).

Filière en péril

"Il est scandaleux que, depuis le 23 mai, les opérations navires de ces terminaux pétroliers opérées par la filiale Fluxel, se trouvent à l'arrêt du fait d'un mouvement de grève, mettant en péril l'ensemble de la filière pétrochimique", a-t-il ajouté.Jeudi, les salariés de Fluxel, opérateur qui a la charge des terminaux pétroliers de Fos et Lavéra à Martigues, ont voté pour reconduire la grève au moins jusqu'à vendredi, a-t-on appris auprès d'un représentant local de la CGT.

Selon le site spécialisé marinetraffic.com, pune quarantaine de pétrolier, gaziers et chimiquiers étaient jeudi soir au mouillage dans la rade de Fos-sur-Mer. Début juin, l'Union pour les entreprises des Bouches-du-Rhône (UPE 13), représentant local du Medef, avait dénoncé "l'asphyxie" du port de Marseille et demandé l'intervention de l'Etat pour lever ces blocages des terminaux pétroliers. 


Deux nouvelles journées

Lemarin.fr indique ce vendredi matin que la Fédération nationale des ports et docks CGT appelle "à deux nouveaux arrêts de travail de 24 heures dans les ports français les jeudi 23 et mardi 28 juin".  Sur le grand port maritime, la sitatuation devient particulièrement tendue. "À Marseille, une grève des employés de la réparation navale attachés au grand port maritime - pour le remplissage et le vidage des formes de radoub - met depuis 12 jours dans une situation très difficile un chantier comme Sud Marine Shipyards qui ne peut offrir aucune date d’entrée et de sortie dans ses formes à ses clients" rapporte le site d'information. 

À  Fos-Lavéra, alors que la grève dure depuis le 23 mai dans les terminaux pétroliers de Fluxel, 45 pétroliers, gaziers et chimiquiers sont en attente sur rade ce 15 juin. « Nous avons perdu un quart de notre activité, se désole Franck Rossi, le président de la coopérative de lamanage. Certains navires sont partis. Il y aura des pertes sèches de trafic et surtout un impact commercial qui se mesurera dans plusieurs mois. »

Pour sa part le président de la coopérative de lamanage, Franck Rossi, affirme avoir perdu un quart de son activité:

Certains navires sont partis. Il y aura des pertes sèches de trafic et surtout un impact commercial qui se mesurera dans plusieurs mois. »


A Fos, seul le trafic méthanier a repris normalement.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
social économie