Une polémique sur la couleur du toit et des sièges du futur Vélodrome.

Sur les réseaux sociaux, une pétition demande que les couleurs du toit et de tous les sièges soient en blanc et bleu. La ville de Marseille et le constructeur rappelle que le stade appartient à la commune et que le cahier des charge est respecté.

© C.Monteil
Cet après-midi des représentants de l'OM et de la ville de Marseille doivent se réunir pour discuter de l'avancée des travaux et de la petite polémique qui s'étend actuellement sur les réseaux sociaux. Jeudi, ils rencontreront des responsables d'Arema, l'entreprise qui réalise actuellement les travaux de rénovation et gestionnaire du stade Vélodrome.

Depuis quelques jours, une polémique agite les réseaux sociaux et une pétition a été mise en ligne. Cette pétition aurait recueilli, à ce jour, 6003 signatures.

Dans cette pétition, les signataires demandent:
"Lors de la présentation initiale de son projet en 2010, le stade avait une toiture et une charpente de toit blanches changeant de couleur la nuit grâce à un jeu de lumière, des sièges bleus et blancs et deux façades vitrées.

En 2012, le projet a évolué (!) pour différentes raisons, et nous propose aujourd'hui un stade avec un rendu différent.

Nous craignons d’avoir un stade aux finitions plus que douteuses : actuellement une charpente à la couleur grise et non-uniforme, non conforme à ce qui a été promis, des sièges noirs et blancs, la non-réfection d’un béton d’aspect sale à l’intérieur du stade et dans les gradins, un béton brut  et grossier recouvert partiellement  d’un bardage acier extérieur douteux sur les façades Ganay et Jean Bouin.

Nous, supporters de l’Olympique de Marseille, futurs usagers du stade, contribuables et sympathisants, voulons:
- Un stade entièrement aux couleurs de l'OM et de la ville de Marseille, respectant l'identité marseillaise: un toit et une charpente blanche, des sièges bleus et blancs."


Voir la pétition complète

Dans un communiqué, la société Arema a répondu:
"Suite à la pétition initiée par quelques supporters de l’OM, mettant en cause sans fondements la  qualité de la rénovation du stade Vélodrome, Bruno Botella, Président d’Arema, souhaite apporter les éléments de réponse suivants.

Arema, en parfait accord avec la Ville et l’OM, veille au respect du cahier des charges qui a été signé entre elle et la ville, et respectera bien entendu ses engagements.

Il ne peut en être autrement. En aucun cas les prestations ne sont revues à la baisse, et toutes les zones remises en service aujourd’hui sont appréciées par les supporters pour  leur confort et leur fonctionnalité.

Le stade Vélodrome est un équipement municipal polyvalent qui est destiné à recevoir des rencontres sportives et des concerts, l’OM n’en étant pas l’utilisateur exclusif.

Ce projet  sera une référence en Europe, et fera, nous en sommes sûrs, la fierté des supporters."

voir le communiqué complet


En image, le projet du futur stade en images de synthèses

La mairire de Marseille réagissait ensuite, par la voix de Maurice Di Nocéra (élu en charge des grands événements et des grands équipements à la mairie de Marseille), dans la Provence, en déclarant:
« Ces inquiétudes sont en dehors de toute réalité. Il n'y a aucun problème, aucun retard, aucune entorse au cahier des charges ! Je vois que les gens s'inquiètent au sujet de la couleur des sièges, mais n'est-ce pas plus important de savoir qu'ils seront plus confortables ? Et puis rien n'est arrêté, la décision sera prise conjointement par Arema, la Ville, l'OM et l'architecte. Les supporters réclament une toiture peinte en blanc ? Mais c'est 1000 fois plus coûteux et plus performant qu'elle soit galvanisée, comme ça a toujours été prévu. Et il ne faut pas oublier que le stade appartient à la Ville, et pas à l'OM. La toiture changera de couleur en fonction de l'événement par un système d'éclairage ».

Les réactions sur twitter

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
om football
l’actualité de votre région, dans votre boîte mail
Recevez tous les jours les principales informations de votre région, en vous inscrivant à notre newsletter