"Il faut tout raser" : les propos de Manuel Valls sur les quartiers de Marseille créent la polémique

Lors de sa première matinale sur RMC, l'ancien Premier ministre Manuel Valls a estimé qu'il fallait "tout raser" et "repeupler autrement" les quartiers défavorisés de Marseille. Une déclaration qui a beaucoup fait réagir.

C'est ce qui s'appelle un début en fanfare. Ce mercredi, Manuel Valls faisait ses premiers pas en tant que chroniqueur dans la matinale d'Apolline de Malherbe sur RMC. L'ancien Premier ministre a notamment été invité à s'exprimer sur la venue d'Emmanuel Macron à Marseille

Au sujet des quartiers défavorisés de la ville, Manuel Valls a estimé qu'il fallait "tout raser, tout reconstruire et repeupler autrement ces quartiers". Des quartiers "au cœur de la ville", selon lui, "marqués par la pauvreté, les inégalités, la violence et l’insécurité". Des thèmes particulièrement médiatisés cet été dans la cité phocéenne. 

"Mais ça demande une volonté, une grande puissance de l’Etat et une coopération avec les élus qui ont une grande responsabilité", a-t-il ajouté.  

Peu avant cette déclaration, Manuel Valls évoquait son passé à Matignon : "Je suis toujours renvoyé à mon passé de Premier ministre. Il y a une part d'échec collectif. (...) Et ça veut dire qu'à mon avis sur Marseille, il faut tout reprendre à zéro". 

Plus tard dans l'émission, il pointe de la "responsabilité des élus qui ont laissé ces quartiers à l'abandon", et non pas uniquement de la responsabilité de l'Etat. "C'est trop facile".

"Les quartiers, je pense à la Castellane, (...) sont au cœur de cette ville, rien n'a été fait. Si on ne reconstruit pas la ville sur elle-même, (...) si on ne part pas maintenant avec cette idée de tout reconstruire, de repeupler aussi - car si c'est pour tout reconstruire et garder la même pauvreté, les mêmes inégalités, on n'y arrivera pas. Donc ça veut dire qu'il faut que le partenariat entre l'Etat et les élus soit un vrai partenariat".

De vives réactions sur les réseaux sociaux

Ces propos, jugés racistes par certains, ont soulevé une vague d'indignation sur les réseaux sociaux.

 

A l'heure actuelle, Manuel Valls n'est pas revenu sur ses propos.

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
politique