Une nouvelle victime morte par balle dans la cité du Castellas, à Marseille

Lundi 5 juin 2023, vers 21 h 30, un jeune homme de 18 ans est mort, au cœur de la cité du Catellas (15e), à Marseille. Malgré l'intervention rapide des policiers, la victime a succombé à ses blessures.

Les balles continuent de pleuvoir à Marseille. Lundi 5 juin, vers 21 h 30, la détonation d’une arme à feu retenti dans la cité du Castellas, dans le 15e arrondissement. Un jeune homme âgé de 18 ans, selon France bleu, a été la cible de tirs et est décédé. L’individu, un guetteur selon une source policière, aurait tenté de prendre la fuite, sans succès. Il est extirpé de la mosquée dans laquelle il essaie de se cacher et est abattu devant, toujours selon des sources policières.

Sur place, les policiers sont intervenus les premiers et ont prodigué les premiers soins à la victime, qui n’a pourtant pas survécu à ses blessures. La préfecture des Bouches-du-Rhône indique que l’enquête a été confiée à la police judiciaire.

Castellas déjà dans le viseur

Ce quartier du nord de la cité phocéenne, parmi les plus pauvres de Marseille, est tristement réputé pour sa violence liée aux trafics de stupéfiants. Le 2 avril dernier, la cité du Castellas a été le spectacle d’une triste réalité, où deux jeunes hommes de 21 et 23 ans avaient perdu la vie. La scène effroyable s’était déroulée devant la pharmacie du 15e arrondissement. Cet évènement serait en lien avec le trafic de stupéfiant à La Paternelle, révélait la préfète de police des Bouches-du-Rhône d’après les premiers éléments de cette enquête. Un homme de 18 ans avait été arrêt et la procureure de la République de Marseille, Dominique Laurens, craignait une "cascade de conflits" dans les mois à venir.

Si ce triste évènement intervenu dans la soirée du 6 juin est également lié aux trafics de stupéfiants, il s’agirait de la 23ᵉ victime tuée par balle depuis le début de l’année. L'année 2022 avait été particulièrement meurtrière dans les Bouches-du-Rhône, avec 32 victimes d'homicides en bande organisée, dont 28 à Marseille, selon les chiffres du parquet. Un chiffre qui avait dépassé le record de 2016 où le parquet avait comptabilisé 31 victimes de ce type de faits. 31 de ces morts par balle de 2022 étaient directement "liés au trafic de stupéfiants", avait précisé la préfecture de police.